Bientôt un vaccin contre le cancer du cerveau ?

300

En préparation depuis plus de quinze ans, un vaccin contre le glioblastome est parvenu à suspendre la croissance du cancer chez plusieurs patients. 

Un nouveau vaccin contre le glioblastome, développé par Jefferson et Imvax, a obtenu des résultats prometteurs lors de ses essais cliniques. Celui-ci a ralenti la progression de la tumeur et prolongé l’espérance de vie des patients, qui ont par ailleurs bien toléré ce traitement. Les chercheurs ont présenté leurs travaux lors de la réunion annuelle de l’American Association for Cancer Research, le 31 mars dernier à Atlanta.

Des chances de survies plus élevés chez les patients vaccinés

Ce nouveau vaccin a été administré à trente-trois patients, récemment diagnostiqués d’un glioblastome multiforme, au cours d’une étude clinique prospective de phase 1b. Les résultats obtenus ont été comparés avec ceux d’un groupe de trente-cinq patients qui avaient reçus les soins traditionnels prodigués pour ce type de cancer, dans le même établissement. Les chercheurs ont pu constater que les patients vaccinés avaient des chances de survie plus élevées que celles du groupe témoin (21,9 mois contre 14,6 mois). En outre, aucun effet secondaire n’a été observé.

Lire aussi:

“La façon dont certains patients ont réagi au traitement est très encourageante”, souligne David Andrews, Professeur de Neurochirurgie à l’Institut de Neuroscience Vickie & Jack Farber et co-fondateur de Imvax. Il semblerait en effet que le traitement traditionnel du glioblastome endommage le système immunitaire des patients, ce qui laisse supposer que le vaccin serait plus efficace chez les personnes dont le système immunitaire n’aurait pas été compromis par une thérapie antérieure. “Nous espérons entamer un essai de phase II plus tard cette année, afin de confirmer ces premiers résultats”, précise le neurochirurgien.

Un vaccin fabriqué à partir des cellules cancéreuses des patients

Pour mettre au point ce vaccin, les scientifiques utilisent les propres cellules cancéreuses des patients, prélevées lors de l’ablation chirurgicale de la tumeur. Ils traitent ensuite ces dernières avec des substances antisens, les chargent avec un immunomodulateur (AS-ODN) puis les irradient, avant de les implanter sous la peau de l’abdomen des personnes à traiter.

“Les cellules tumorales libèrent alors des antigènes qui, combinées à l’immunomodulateur, se diffusent dans le corps du patient et activent son système immunitaire”, explique le Docteur D. Craig Hooper, Professeur de Biologie du Cancer au Sidney Kimmel Cancer Center et co-fondateur d’Imvax. Ce vaccin est le fruit de recherches de plus d’une quinzaine d’années, couplées à des essais cliniques, menés par les deux scientifiques.

En Europe, des chercheurs des Universités de Genève (Suisse) et Heidelberg (Allemagne) travaillent également sur un vaccin thérapeutique contre le glioblastome. Un essai prometteur a été mené sur quinze patients, induisant des réponses immunitaires jusqu’alors jamais observées pour ce type de cancer.Lire la suite

 

 

Laissez votre commentaire ici !