Avortement clandestin : Près de 200 000 personnes sensibilisés sur ses dangers via internet

61
https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg
https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

En vue de contribuer à lutte contre les avortements clandestins au Burkina Faso, la communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina Faso (CAPSSR/ BF) a initié une campagne digitale de sensibilisation sur les dangers liés à cette pratique. Dénommée « E campagne protocole de Maputo », cette activité via les réseaux sociaux a permis de toucher près de 200 000 personnes.

« 4 avortements clandestins par heure au Burkina Faso, décideurs, agissez selon l’article 14 du protocole de Maputo », c’est l’un des messages publiés sur les réseaux sociaux dans le cadre de la campagne. A cela s’ajoute d’autres messages : « Plus de 34 000 avortements clandestins en 2018 au Burkina Faso, la série noire continue, agissons ! » ;

« Les complications liées à l’avortement non sécurisée sont la première cause de décès chez les adolescentes et les jeunes filles dans le monde ». Ces messages ont été associés à des visuels et des vidéos pour booster la sensibilisation.

Dans le souci de toucher un grand nombre de personnes à travers cette E-campagne, les organisateurs ont mis des influenceurs à contribution afin de faciliter les publications des messages sur Facebook, twitter, Instagram, LinkedIn et tik tok.

L’objectif visé à travers cette campagne est de favoriser la vulgarisation du protocole de Maputo qui stipule à son article 14 que l’intervention sécurisée de grossesse est autorisée en cas de viol, d’inceste, de graves malformations du fœtus et si la santé de la mère est en danger.

Cette campagne digitale s’est déroulée en deux étapes. Pour la première phase de la campagne, les messages ont été publié trois fois dans la semaine à savoir les lundis, les mercredis et les vendredis. Les résultats engrangés pour la première étape de la campagne font état de 31 tweets, 8 retweets, 31 likes et 10 commentaires sur twitter. Pour ce qui concerne Facebook, ce sont 31 publications, 69 partages, 31 réactions et 205 commentaires qui ont été enregistrés. S’agissant de la seconde étape de la campagne, elle a permis de toucher 183 858 personnes.

La E-campagne protocole de Maputo s’est déroulée du 8 septembre au 12 octobre 2020 dans le cadre du projet RESonance. Les résultats de ladite campagne ont été rendue publique le 19 janvier 2021 au cours d’un atelier organisé par la communauté d’action pour la promotion de la santé sexuelle et reproductive au Burkina Faso (CAPSSR/ BF).

Laissez votre commentaire ici !