Le forum sur l’autonomisation et la responsabilisation des femmes bat déjà son plein et se poursuit jusqu’au 17 février prochain. Cette première journée de la rencontre est axé sur des travaux en plénière. En ce vendredi 15 février 2019, 4 thèmes en plus du thème inaugural ont été développés par des experts marqués par des séries d’échanges avec les participantes.

« Problématique de l’autonomisation des femmes au Burkina », c’est sous cette thématique que les participantes au forum ont été instruites de prime abord. Ce thème inaugural a été développé par l’expert David BEYI qui a révélé qu’il y a nécessité de briser les préjugés à l’encontre des femmes afin de favoriser leur autonomisation.

Allant dans ce le même sens, l’honneur est revenu à Alice COMBARI/SOULAMA de développer le tout premier sous thème sur « l’autonomisation des femmes dans le contexte  d’insécurité au Burkina ». A en croire Alice COMBARI, le système patriarcal et la faible implication de la femme dans la gestion de la cité s’avèrent être des barrières à une réelle autonomisation des femmes. Et  dans le contexte sécuritaire que se trouve le pays des hommes intègres, elle interpelle les autorités à instaurer une formation des femmes en consolidation de la paix.

Alice Soulama Kombari,  a entretenu les participantes sur le thème de l’autonomisation des femmes dans le contexte  d’insécurité au Burkina

Pour planter toujours le décor pour une meilleure compréhension d’un autre sous thème, c’est le tour de Pierre Claver DAMIBA d’informer les femmes sur « l’autonomisation économique et financière de la femme ». Il préconise que la femme elle-même soit pris en charge  dans le domaine de l’éducation afin d’être à son tour une meilleure éducatrice de ses enfants. Il suggère également que des ressources financières soient mises au profit des femmes pour leur permettre de mener leurs activités sans exiger beaucoup de garantie qu’elles ne peuvent fournir.

Le troisième sous thème a été abordé par Ramata TOURE/DERRA sur « l’autonomisation politique et participation de la femme aux sphères de décision ». Elle a encouragé le partenariat des femmes avec les hommes qui s’avère être un axe stratégique pour promouvoir le leadership féminin.

 Le dernier sous thème a été traité par Nestorine SANGARE/ COMPAORE sur « l’autonomisation socio-culturelle de la femme ». Selon elle, il faut redéfinir l’identité culturelle de la société  burkinabè pour que les femmes puissent avoir une référence claire sur leur autonomisation socio- culturelle.

Les interventions des experts sur les 4 thèmes ont suscité des promptes réactions de femmes qui ont conduits à des échanges. La rencontre se poursuit par des travaux en ateliers au cours desquels, les femmes proposeront des solutions pour les problèmes qui ont été évoqués. Les recommandations issues de ce forum seront soumises à l’assemblée nationale pour que des lois soient votées en faveur de la mise en œuvre de leurs recommandations.

Marie SORGHO

Aminata GANSONRE

Laissez votre commentaire ici !