Attaque terroriste : les femmes en rang serré pour soutenir les Forces de Défense et de Sécurité

28

En raison des attaques terroristes répétitives qui endeuillent chaque jour de nombreuses familles au Burkina Faso, les femmes ont décidé, à travers une marche dans la soirée de ce 11 octobre, d’exprimer tout leur soutien aux Forces de défense et de sécurité.

Toutes de blanc vêtu, les femmes ont battu le pavé depuis la place de la nation en passant devant l’Etat major général de l’armée en soutien aux Forces de défense et de sécurité. A la  tête des marcheuses, la première dame Sika Kaboré et  le médiateur du Faso Sara Serémé. elles ont y observé une minute de silence pour  tous les soldats tombés sur le champ de bataille.

Après avoir entonné le ditanyè, ce sont de nombreuses femmes  qui ont, par la suite, rallié la case-départ en passant par le rond-point des Nations Unis. Elles ont décidé de marcher pour dire non au terrorisme et réitérer leur soutien aux plus hautes autorités nationales et aux FDS. Ces différents volonté étaient inscrites sur des pancartes et autres supports.

La présidente  de la coordination nationale des femmes du Burkina Faso (CNF-BF), Henriette Paré a souligné que face à ces attaques non revendiquées qui ont fait de nombreuses victimes, les femmes témoignent de par cette action, leur soutien aux FDS.  » Nous sommes prêtes pour toutes actions qui tendent à renforcer l’état de droit notamment la démocratie, la bonne gouvernance, la justice et la cohésion sociale », a-t-elle dit.

Et d’ajouter que ces attaques ont aussi fragilisé le tissu social et l’économie du pays. C’est pourquoi, Henriette Paré a indiqué que ce mouvement est d’appeler le gouvernement à l’état d’urgence dans ces régions concernées et à un effort de guerre.

« Cette manifestation est un soutien aux FDS dans leur volonté d’anéantir les forces du mal », a-t-elle lancé. D’où la remise à Saran Sérémé d’un message qui a porté sur des revendications adressées au président du Faso.

Par ailleurs, le médiateur du Faso a confié aux femmes qu’elle va « remettre ces revendications à qui de droit ». Aux dires de Saran Sérémé, cette marche est aussi  un appel à la communauté internationale pour venir en aide à la force conjointe du G5sahel.

                                                                                                   Achille ZIGANI

                                                                                                   (Stagiaire)

                                                                                                                                                             

                                                           

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here