Attaque de Ouagadougou : les soldats tués reposent au cimetière de Gounghin

1105

Les huit militaires tués suite à la double attaque de l’Etat major général des armées et de l’ambassade de France, le 2 mars 2018, ont été conduits à leur dernière demeure ce 7 mars soit cinq jours après le drame.

Des frères d’armes venus rendre un dernier hommage aux militaires disparus

Il est 14 heures 58 minutes lorsque le porte char sur lequel étaient exposés les cercueils des militaires tués faisait son entrée au cimetière municipal de Gounghin sous un soleil d’aplomb. Sur les lieux déjà, les attendaient parents, amis, frères d’armes (gendarmes, militaires, tous les corps paramilitaires) et une forte délégation de députés et ministres.

Un silence total régnait en ce lieu au moment où l’on déposait les corps afin de leur rendre un dernier hommage avant l’enterrement. Les visages graves et la foule muette. Seule la voix du chef d’Etat major adjoint, le colonel-major, Palé se faisait entendre lors de l’oraison funèbre.

Des frères d’armes conduisent un des leurs dans sa dernière demeure

« Au nombre de 8, ces militaires ont servi avec dénouement leur nation jusqu’au jour de cette attaque », a-t-il déclaré à la suite de l’oraison funèbre. Un à un, le colonel Palé a parlé des militaires disparus et de leur carrière professionnelle. L’on peut retenir que le Burkina Faso vient de perdre de valeureux combattants car comme l’a indiqué l’adjoint du chef d’Etat major « Ils étaient des militaires disciplinés appréciés par leur hiérarchie ».

 Pour le colonel-major, Palé, le sacrifice des disparus n’est pas vain car la « détermination  des FDS se trouve dans le sang versé de leur frère d’armes ».

Tout comme cet adjudant chef, les autres militaires disparus reposent désormais au cimetière de Gounghin

Tout comme son adjoint, le chef d’Etat major général des armées, le Gal de brigade, Oumarou Sadou s’est incliné devant la dépouille des disparus avant d’exprimer toute sa reconnaissance à la population quant à leur soutien indéfectible vis-à-vis des forces de défense et de sécurité.

« Je traduis ma reconnaissance à tous les chefs d’Etat major de la sous-région qui nous ont témoigné leur soutien lors de ces évènements », a dit le général Sadou.

L’entrée du porte char au cimetière militaire

Quant au moral de la troupe, il a fait savoir que le métier de militaire conduit à des sacrifices et c’est cela leur engagement. « Nous allons continuer de défendre notre pays dans la limite des matériels disponibles et nous sommes déterminés à lutter contre ce phénomène », a déclaré le chef d’Etat major général des armées.

Il faut rappeler que l’attaque de ce 2 mars s’est soldée également par la mort de 8 assaillants et de 85 blessés.

                                                                                                                                            Issa KARAMBIRI

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !