Arrondissement n°3 : 10 cas d’enlèvements de mineurs en 2016

248

La délinquance, le banditisme sont des maux qui gagnent du terrain dans nos villes. A Ouagadougou, dans la capitale burkinabè le phénomène a la peau dure.

Au cours d’une cérémonie de bilan à mi parcours, le maire de l’arrondissement n°3, Rainatou Ouédraogo s’est prononcé sur les questions liées à la protection civile, l’assistance et les secours de ses administrés.

D’une superficie de 32, 116 km2, l’arrondissement n°3 est le plus peuplé des douze communes de la capitale avec une population de 280 792 habitants (en 2012). Du coup, avec ce nombre d’habitant  les risques sécuritaires selon la maire deviennent élevés.

Au niveau de la gendarmerie de la brigade ville, les services des pandores ont au cours de l’année 2016 enregistré 370 cas de crimes.  Quant au commissariat de police plusieurs situations, de nature à porter atteinte à la vie ont été enregistrées.

« Il y a eu entre autres 9 cas d’homicides involontaires, 238 cas de coups et blessures volontaires, 10 cas d’enlèvements de mineurs, 843 cas de crimes et délits contre la propriété et 6414 cas liés à la sécurité publique », a confié la maire Rainatou Ouédraogo.

Ces statistiques sont loin de la réalité car au niveau de la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS), des chiffres montrent clairement la montée en puissance du banditisme dans cette partie de la capitale burkinabè.

En effet, pour l’année 2016, il a été enregistré 1 100 actions des éléments de la CRS liées à la lutte contre le banditisme, la criminalité, le trafic et abus des drogues.

 

                                                                                                                      Issa KARAMBIRI

 

Laissez votre commentaire ici !