Arielle Kitio, la startuppeuse sacrée Femme Digitale Africaine de l’année

227

Arielle Kitio, 26 ans, a remporté le prix de la Femme Digitale Africaine de l’année. Avec sa startup Caysti, elle veut insuffler la passion de la technologie aux enfants, notamment aux jeunes filles d’Afrique.

« La technologie est le meilleur égaliseur qui soi », assure Arielle Kitio, 26 ans. Pour cette doctorante en génie logiciel, il est indispensable d’apprendre très tôt aux jeunes, et en particulier aux filles, le codage informatique « pour développer leur créativité et leur autonomie. »

La jeune camerounaise s’y applique avec Caysti (CAmeroon Youth School Tech Incubator), un centre d’éveil technologique pour les enfants entre 6 et 15 ans, lancé en 2017. « Grâce à notre logiciel intuitif et ludique abcCode, ils apprennent un nouvel alphabet, celui du code, et dans leur langue native, le français, le haoussa ou le wolof. »

L’engagement de Arielle est multiple : démystifier la technologie, combattre la barrière de la langue pour que l’anglais ne soit plus un frein pour les enfants africains non anglophone, travailler sur les aptitudes cognitives (pensée critique, problem-solving…) ou encore sur les stéréotypes sexistes.

Arielle Kitio sur tous les fronts

La jeune femme a réalisé un parcours scolaire  sans fautes à Yaoundé: un bac C avec mention à l’âge de 15 ans, un master en informatique option Cloud Computing mention très bien, un stage de master à l’Institut National Polytechnique de Toulouse. La « codeuse » comme la surnommait ses camarades crée une association pour mettre en lumière des femmes rôles-modèles dans la science et la tech, devient mentor et coach pour encourager les filles du Cameroun dans les compétitions internationales dans les STEM (sciences, technologies, engineering, mathématiques), avant de devenir entrepreneuse.

Depuis, Arielle croule sous les distinctions : ambassadrice du Next Einstein Forum au Cameroun, classée dans Forbes 30 Under 30 Afrique, lauréate du Award TechWomen 2016 (Etats-Unis), du Prix Afrique Innovante 2018… et dernièrement, du Prix Margaret de la Femme Digitale Africaine 2019 attribué le 17 avril à Paris. L’impact sociétal de sa start-up a séduit la membre du jury Valérie Laugier, directrice du digital et de l’innovation marketing chez Total. « Avec son école du code, Arielle arme les jeunes pour leur futur, elle leur ouvre des perspectives professionnelles intéressantes et épanouissantes. »

6.000 jeunes ont déjà été formés, ils devraient être 100 000 d’ici 2020. Certains ont même conçu de prometteurs prototypes. Comme Divine Fierté qui a développé une application mobile. « Avec elle, nous avons brisé trois préjugés, démontre Arielle : la jeunesse car Divine a 15 ans, le sexe car c’est une fille et le cursus scolaire car elle a suivi des études littéraires. La preuve que l’univers de la tech n’est pas une question de force physique, mais d’état d’esprit ! »

Source: Echos Entrepreneurs 

Laissez votre commentaire ici !