Après la rue, 64 femmes prêtes à relever le défi de l’autonomisation économique

80

 Parmi les 105 femmes retirées de la rue par le ministère en charge de la femme, 64 ont bénéficié d’une formation de trois semaines. Une formation qui avait pour objectif d’apprendre à ces dernières à se prendre en charge. La cérémonie de clôture de cette formation a eu lieu à Ouagadougou dans la soirée du mercredi 06 mars 2019 en présence de la première responsable du dit ministère.

« Nous allons aider ces femmes à démarrer une activité, nous allons les appuyer techniquement et nous sommes conscientes que ces femmes ont pris conscience que leur salut n’est pas dans la rue, mais dans l’effort et la prise en charge de leur vie. Et notre département sera toujours là pour les accompagnées », a déclaré la ministre Laurence Ilboudo à l’occasion de la cérémonie.

Pour elle cette formation de courte durée au profit des femmes est la concrétisation de la première phase de l’opération retrait des enfants et femmes en situation de rue. « Voir ces femmes heureuses et prêtes à relever le défi on ne peut qu’être contente », a-t-elle confié.

Assétou Gorga, représentante des participantes a cette formation

Assétou Gorga, représentante des participantes a cette formation, a remercié le ministère pour son œuvre. Grâce à cette formation et au soutien qui leur sera accordé, elle pourra désormais venir en aide à sa famille et mieux s’occuper de l’avenir de ses enfants : « j’étais dans les rues, c’est à dire dans le désespoir, on sortait le matin tout en espérant trouver quelque chose le soir en rentrant. Mais à partir de maintenant non seulement on pourra nourrir nos bouches mais aussi plusieurs bouches.» Elle va plus loin en déclarant ainsi : « après ce que j’ai appris et ceux que le ministère a fait pour moi, si vous me voyez dans la rue, enfermée moi. »

Au cours de cette formation de trois semaines, ces femmes ont été formées aux techniques d’élevage. Elles ont appris également à gérer un petit commerce et l’estime de soi. Parallèlement elles ont été informées sur les modules de maladies sexuellement transmissibles et des questions de droit de la femme et sur leurs protections.  En plus de l’aide financière pour mener des activités génératrices de revenu, elles continueront à bénéficier de leur pécule mensuel et cela pendant encore trois mois. Une autre phase de formation sera annoncée bientôt au profit d’autres femmes.

                                      Aminata GANSONRE

 

Laissez votre commentaire ici !