Des organisations de la société civile (OSC) de la région du Nord se sont regroupées au sein d’une structure dénommé « Appel de Kaya ». Ce regroupement vise l’interpellation de l’opinion publique pour une prise en charge adéquate de ces déplacés internes. Ces OSC ont animé à cet effet une conférence de presse ce 5 aout 2019 à Kaya.

Depuis l’année 2015 notre pays, le Burkina Faso connait une crise sécuritaire marquée par des attaques de tous genres. Pour ce qui est du cas de la région du Centre-Nord et plus précisément de la province du Sanmatenga, il est important de rappeler que c’est au tout début de cette année 2019 et à son premier jour de l’an que le premier acte a été vécu à travers l’assassinat du chef du village de Yirgou et des membres de sa famille.

Cette situation d’insécurité ne pouvait laisser indifférents l’initiative « L’APPEL DE KAYA » surtout que les attaques se répètent et le nombre de déplacés internes augmente de jour en jour avec leurs lots de victimes.

Par exemple suite à l’attaque de Diblou le 24 Juillet 2019, plusieurs personnes ont dû fuir leurs villages en catimini laissant derrière elles tout ce qu’elles avaient pour des destinations inconnues. Dans ces conditions, L’APPEL DE KAYA salue et reconnaît à sa juste valeur la solidarité légendaire des populations qui ont toujours répondu favorablement à toutes les sortes de détresse que ces déplacés connaissent.

L’APPEL DE KAYA lance un appel à l’endroit des dirigeants à :

  • Assurer la sécurité des déplacés et des sites d’hébergement ;
  • Assurer l’alimentation des déplacés ;
  • Veiller à la santé des déplacés car cette fuite a des conséquences sanitaires ;
  • Trouver des hébergements dignes et sécurisés pour les déplacés ;
  • Augmenter la capacité d’accueil des établissements d’accueil, évaluer et anticiper sur le besoin de scolarisation des élèves et écoliers déplacés ;
  • Instituer un fond de prises en charge des déplacés et de toute crise ;
  • Prendre des mesures urgentes pour la protection des populations par une politique sécuritaire en phase avec les réalités du moment ;
  • Travailler pour un retour imminent et sécurisé des déplacés dans leurs localités d’origine.

« Cette situation ne doit pas être une occasion de corruption ni de chantage. En tout état de cause, l’Etat burkinabè doit être garant de la sécurité de tous les Burkinabè. C’est aussi à l’Etat d’organiser la solidarité à l’endroit de nos frères en détresse » estime l’initiative APPEL DE KAYA.

C’est à la suite de l’attaque de Diblou que des OSC dont l’Organisation Démocratique de la Jeunesse du Burkina (ODJ)/section provinciale du Sanmatenga, le Mouvement des Jeunes pour le Développement  du Sanmatenga (MJDS), la cellule régionale des jeunes entrepreneurs du Centre-Nord et le Balai Citoyen par sa structure locale ont initié L’APPEL DE KAYA.

Davy YAMEOGO

Laissez votre commentaire ici !