Le journaliste écrivain Yacouba Traoré a dédicacé son 5ème  livre, une biographie de Alimata Salambéré, ce mardi 26 février 2019 à Ouagadougou, à l’occasion du cinquantenaire du Fespaco. C’est un livre dans lequel, il rend un vibrant hommage à cette pionnière, première présidente du comité d’organisation du Fespaco en 1969.

C’est dans un style cinématographique que l’écrivain Yacouba Traoré retrace le parcours de cette femme battante dont le pas mérite d’être emboîté. Intitulé « Alimata Salambéré Ouédraogo : itinéraire et leçons de vie d’une femme debout », cet ouvrage d’une centaine de pages, parle de la biographie émouvante d’une femme et rend hommage à une amazone en 1969. Il y a un an de cela, lorsque Yacouba Traoré se demandait ce qu’il pouvait, lui aussi apporter au cinquantenaire du Fespaco l’idée de s’approcher d’Alimata Salembéré pour voir comment il pouvait faire son portrait a germé. Et aujourd’hui, c’est une réalité, une œuvre dont le focus cadre bien sur une dame de conviction, sur une ancienne ministre, sur la 2e femme présentatrice du journal télévisé.

« L’écriture d’une biographie répond plus à un besoin documentaire que littéraire ou fictionnelle. Yacouba Traoré offre à découvrir une biographie exaltante d’Alimata Salambéré Ouédraogo, figure féminine de haut pour la culture et le cinéma, notamment première amazone du Fespaco », a relevé Dr Dramane Konaté, dans sa lecture de poème. Yacouba Traoré, poursuit-il, a le mérite d’écrire cette biographie comme un scénario filmique en quatre grandes séquences.


Pour l’écrivain Traoré, c’est un essai biographique réinventé à la manière cinématographique ou journalistique. « Ce qui m’arrive ce soir, c’est l’un des moments les plus émouvants de ma carrière. Quand j’ai commencé à travailler sur ce livre, les portes des archives familiales se sont ouvertes à moi grâce à sa fille Aline Salembéré. Je voulais écrire le portrait de la présidente du comité d’organisation du Fespaco, mais j’ai découvert plus que ça, j’ai découvert une femme extraordinaire », s’est-il exprimé avec émotion.

Femme de culture, journaliste, Native de Bobo Dioulasso, Alimata Salambéré a travaillé durant sa carrière à rayonner l’image de la culture africaine et à être une femme exemplaire dont le modèle mérite incarnation. Dans son message, elle a invité la jeunesse a donné le meilleur d’elle-même. « Si je peux être un petit exemple pour quelques jeunes, particulièrement les jeunes filles, Yacouba n’aura pas travaillé pour rien », a-t-elle indiqué.
Une soirée de dédicace bien détendue et au cours de laquelle, l’écrivain a reçu les félicitations d’hommes de culture et des confrères, en particulier celles du parrain, le ministre en charge de la communication Remis Fulgence Djandjinou.


Yacouba Traoré a certes rendu un hommage mérité à une grande dame, mais a aussi, peut-on l’affirmer, contribué à rehausser l’éclat du cinéma africain, symbole du panafricanisme et de l’intégration africaine.

Assétou Maïga

Laissez votre commentaire ici !