Agriculture biologique : L’Association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme innove avec le hors sol

0
92
*****

Dans la dynamique de promouvoir une agriculture durable et biologique, l’Association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme (AYWEF) en collaboration avec Enda Tiers monde, a lancé officiellement le jardin hors sol sur son site « Kontom Laafi », sis au secteur 19 de Ouagadougou, le 4 juillet 2018. L’idée est d’offrir aux populations une alimentation saine de qualité et améliorer aussi la situation économique des femmes de l’association.

La culture maraîchère occupe une place importante au Burkina et est bien pratiquée par les femmes. D’où l’initiative de l’association Yam Wekré d’encourager et de booster cette culture par des pratiques innovantes. Ce lancement officiel du jardin hors, marque le démarrage des activités de production des femmes de l’association. Par jardin hors sol, il faut entendre une culture qui se pratique dans des sacs, à base d’un mélange de terre et de fumier et du quartz.
A écouter la présidente de l’association, Salamata Ouédraogo, la culture hors sol va permettre d’alimenter le panier de la ménagère et offrir à la population entière une alimentation saine. « Nous allons notamment produire des légumes : des choux, des tomates, des aubergines, des concombres, etc. C’est une culture qui occupe moins de place et elle est 100% bio », a-t-elle rassuré.

 

Salamata Ouédraogo, Présidente de l’Association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme, lors du lancement officiel du jardin hors sol.

 

La marraine Kadidja Dagba/Djierro, lors du lancement du jardin hors sol de l’association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme

Pour la marraine Kadidja Dagba/Djierro, pharmacienne, l’initiative de cette association est louable, dans la mesure où elle se soucie de la santé des populations et va-t-elle dire, « je me devais de les soutenir en acceptant d’être la marraine, je suis disponible pour les accompagner».

Le technicien de Enda Tiers monde, Marcel Kionon pour sa part, a insisté sur les avantages de cette culture hors sol : « elle prend moins d’espace, on peut pratiquer trois cultures dans le même sac, elle réduit le temps de travail des femmes, elle est rentable économiquement, elle allège le travail des femmes, l’arrosage se fait une fois tous les deux jours, elle contribue à lutter contre la pauvreté etc. », a-t-il expliqué.

« Nous comptons intensifier cette culture, nous comptons la développer et d’ici deux mois les populations pourront se procurer de légumes bio dans notre jardin », a ajouté Salamata Ouédraogo.

Dans ce même ordre d’idées, Mariam Bassinka/Compaoré, membre de l’association rassure, qu’elles vont s’organiser entre femmes pour bien gérer le potager, bénéfique à plus d’un titre.

Démonstration par le technicien de Enda Tiers-monde, lors du lancement du jardin hors sol de l’association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme

En rappel, l’association Yam-Wekré pour l’épanouissement de la femme a été reconnue officiellement en 2014. Elle veut promouvoir et défendre les droits de la femme et participer à son épanouissement à travers le développement des activités génératrices de revenus. Elle est basée à Ouagadougou et dans les villages de Kombi Ipala, Toudougwéogo, Roumtenga. Ses activités sont entre autres la sensibilisation sur les violences faites aux femmes, les maladies, l’octroi de microcrédits etc.

Photo de famille lors du lancement du jardin hors sol de l’association Yam Wekré pour l’épanouissement de la femme

 

 

Assétou MAIGA

Publicités

Laissez votre commentaire ici !