A la veille de la conférence des forces vives de la nation sur la rationalisation du système de rémunération des agents publics de l’Etat, le premier ministre Paul Kaba Thiéba a échangé avec les hommes de média ce 11 juin 2018. L’objectif de cette rencontre, selon le chef du gouvernement, qui se tiendra demain 12 juin est de trouver une solution définitive aux revendications sociales.

Suite aux nombreuses manifestations sociales des agents de la fonction publique entrainant un ralentissement des activités économiques, les premières autorités ont décidé de faire une introspection sur l’avenir de la fonction publique au Burkina Faso. Cela se justifie selon le premier ministre Paul Kaba Thiéba par la conférence des forces vives de la nation sur la rationalisation du système de rémunération.

« Nous voulons trouver une solution définitive et durable aux revendications sociales des travailleurs qui sont entrain de saper les fondamentaux de notre Etat et de notre vivre ensemble », a laissé entendre le ministre.

Avant la tenue de la conférence de demain, Paul Kaba Thiéba a confié qu’il a ouvert le 28 février dernier la première phase de ladite conférence. « On avait noté avec satisfaction la représentation de différentes composantes des forces vives de la nation dont les représentants des organisations syndicales, les notables, les coutumiers, les religieux… », s’est-il réjoui.

Le chef du gouvernement a, en outre indiqué qu’à l’issue de cette conférence, le secrétariat technique qui a été mis en place a reçu des contributions enrichissantes des différentes composantes pour la centralisation et  l’exploitation.

Refonder le contrat social avec le travailleur

Pour le premier ministre, l’un des objectifs recherchés à travers cette conférence est d’aboutir à une refondation de la fonction publique. « Une refondation fondée sur les principes d’équité, de soutenabilité budgétaire et de solidarité nationale », a-t-il affirmé.

L’autre objectif a-t-il poursuivi, est de parvenir à une maitrise de la masse salariale en cohérence avec les objectifs d’investissement dans le cadre du PNDES.

Des syndicats entendent boycotter la conférence

Si Paul Kaba Thiéba invite tous les acteurs à participer à cette conférence qui traite de l’intérêt de la nation, d’autres centrales syndicales ont déjà montré leur volonté à ne pas  y prendre part.  Que compte faire le gouvernement face à cette situation ?

A cette question, le premier ministre a été on ne peut plus clair. « Sur les six centrales syndicales, il y a un qui refuse de participer. C’est dommage. Mais on fera avec les cinq autres. Qu’ils sachent que ce n’est pas dans la rue et dans les manifestations qu’on règle les problèmes », a-t-il déclaré et de poursuivre qu’il ignore leur motivation réelle à ne pas participer à la conférence.

« Quand, l’intérêt de la nation est en jeu. L’avenir du pays est en jeu. Il est bien que nous nous asseyons pour discuter », a dit Paul Kaba Thiéba.

Cependant, le chef du gouvernement a souligné qu’ils (NDLR : Les membres du syndicat non participant) sont toujours les bienvenus quand ils changeront d’avis.

Les statuts autonomes, le nerf de la guerre.

 Au cours de la conférence d’autres questions ont évoqué notamment la création des statuts autonomes en faveur de certains corps de la fonction publique. (La police, la douane, les eaux et forets, la GSP).

Concernant la création des statuts autonomes, le premier ministre a signifié que cela a crée des disparités dans le traitement salarial des agents de la fonction publique. « Ces disparités créent la frustration, la jalousie. Il est temps que nous corrigeons ces disparités. Il fait en sorte que les écarts soient acceptables afin de préserver la cohésion sociale. A diplôme égal, il faut un salaire équivalent », s’est il exprimé.

Pour la tenue de la conférence, le chef du gouvernement a souhaité que les débats puissent se tenir dans la sérénité, sans idées préconçues afin de poser les bases d’une pérennité de la fonction publique.

                                                                                                                      Issa KARAMBIRI