Afrique du Sud : Une polémique sur la légalisation de la polyandrie

73

Une proposition du gouvernement sud-africain visant à légaliser la polyandrie – lorsqu’une femme a plus d’un mari en même temps – a suscité des hurlements de protestation dans les milieux conservateurs.

Cela ne surprend pas le professeur Collis Machoko, un universitaire renommé sur le sujet.

Les objections portent « sur le contrôle », dit-il à la BBC. « Les sociétés africaines ne sont pas prêtes pour une véritable égalité. Nous ne savons pas quoi faire avec des femmes que nous ne pouvons pas contrôler. »

L’Afrique du Sud a l’une des constitutions les plus libérales du monde, embrassant les mariages homosexuels pour tous et la polygamie pour les hommes.

 

L’homme d’affaires et personnalité de la télévision Musa Mseleku – qui a quatre épouses – fait partie des opposants à la polyandrie.

« Cela va détruire la culture africaine. Qu’en est-il des enfants de ces personnes ? Comment connaîtront-ils leur identité ? » s’interroge M. Mseleku, qui est la vedette d’une émission de télé-réalité sud-africaine sur sa famille polygame.

« La femme ne peut plus prendre le rôle de l’homme. C’est inouï. La femme va-t-elle maintenant payer le lobola [prix de la mariée] pour l’homme ? L’homme devra-t-il prendre son nom de famille ? »

Les unions secrètes

Le professeur Machoko a effectué des recherches sur la polyandrie dans son pays natal, le Zimbabwe voisin. Il a parlé à 20 femmes et 45 co-maris qui la pratiquaient, bien que ces mariages soient socialement tabous et non reconnus légalement.

« La polyandrie, parce qu’elle est boudée par une partie de la société, a été forcée à la clandestinité. Le secret est similaire à celui que l’on trouve chez les francs-maçons », a-t-il déclaré.

« Face à quelqu’un en qui ils n’ont pas confiance ou qu’ils ne connaissent pas, ils vont jusqu’à nier l’existence d’un tel mariage. Tout cela par peur des représailles et des persécutions. »

Les participantes à l’étude du professeur Machoko vivaient toutes séparément mais étaient attachées à l’union polyandre et en parlaient ouvertement entre elles.

« L’une des femmes a nourri l’idée de vouloir être une femme polyandre lorsqu’elle était en sixième année [âgée d’environ 12 ans] après avoir appris comment la reine des abeilles d’une ruche accueille de nombreux coépoux », explique le professeur.

À l’âge adulte, elle a commencé à avoir des relations sexuelles avec de multiples partenaires qui étaient tous conscients les uns des autres.

« Quatre de ses neuf co-époux actuels faisaient partie de ce premier groupe de petits amis ».

 

Dans la polyandrie, c’est souvent la femme qui initie les relations, et invite les maris à rejoindre son union. Certains paient la dot, d’autres choisissent de contribuer à sa subsistance. Elle a le pouvoir de renvoyer un co-mari si elle estime qu’il déstabilise ses autres relations.

Le professeur Machoko a déclaré que l’amour était la principale raison pour laquelle les hommes qu’il a interrogés ont dit qu’ils avaient accepté d’être co-mariés. Ils ne voulaient pas risquer de perdre leur femme.

Certains hommes ont également évoqué le fait qu’ils ne satisfaisaient pas leur femme sexuellement, acceptant la proposition d’un co-mari pour éviter le divorce ou les liaisons.

Une autre raison était la stérilité – certains hommes consentaient à ce que la femme prenne un autre mari pour qu’elle puisse avoir des enfants. De cette façon, les hommes « sauvaient la face » en public et évitaient d’être stigmatisés comme « émasculés ».

Les clercs sont bouleversés

Le professeur Machoko souligne qu’il n’avait pas connaissance de mariages polyandriques en Afrique du Sud. Néanmoins, les militants des droits des femmes demandent au gouvernement de légaliser ces unions dans l’intérêt de l’égalité et du choix, car la loi autorise actuellement un homme à prendre plus d’une épouse.

Leur proposition a été incluse dans un document – officiellement connu sous le nom de Livre vert – que le gouvernement a publié pour recueillir les commentaires du public alors qu’il s’engage dans la plus grande révision des lois sur le mariage depuis la fin du règne de la minorité blanche en 1994.

« Il est important de se rappeler que ce Livre vert vise à faire respecter les droits de l’homme et nous ne pouvons pas perdre cela de vue », a déclaré Charlene May, avocate au Women’s Legal Centre, un cabinet d’avocats qui se bat pour les droits des femmes.

« Nous ne pouvons pas rejeter la réforme du droit parce qu’elle remet en cause certains points de vue patriarcaux dans notre société »… Lire la suite sur BBC https://www.bbc.com/afrique/monde-57629255

https://queenmafa.net/wp-content/uploads/2018/04/Bannie%CC%80re-QUEEN_1000x150px.jpg

Laissez votre commentaire ici !