Afrique de l’Ouest : Pouvoir influencer les décisions, une aspiration profonde des jeunes filles, selon une étude de l’IPBEF

87

L’Initiative Pananetugri pour le Bien-être de la Femme (IPBFF) a commandité au cours de cette 2019, une étude diagnostique sur la situation des jeunes filles et jeunes femmes dans 9 pays d’Afrique francophone.  Les résultats de cette étude ont été présentés au lors d’un atelier organisé le Jeudi 7 Novembre 2019 dans la salle de réunion de PATHFINDER International.

Avoir le libre choix, pourvoir s’exprimer librement et même pouvoir influencer les décisions, telles sont les aspirations des jeunes filles et femmes en Afrique de l’Ouest francophone, selon une étude diagnostique menée dans 9 pays de l’Afrique francophone  au cours de cette année 2019  à savoir le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Togo, et le Burkina Faso est. Toujours selon cette étude, les filles et les jeunes femmes, souhaitent faire valoir leur droit à travers une meilleure connaissance de ceux-ci et surtout être protégées contre toutes formes de violence.

En dehors de ses aspirations profondes des jeunes filles et jeunes femmes révélées, il ressort également de cette étude, que malgré les progrès réalisés, il existe encore d’énormes disparités entre filles et garçons sur le plan éducatif, sanitaire et économique dans l’ensemble des 9 pays francophone concernés par l’étude.

On dénombre par an plus de 500 décès pour 100 000 naissances tandis que bon nombre de femmes continuent        d’accoucher à domicile. Par ailleurs, les mariages précoces et forcés, les mutilations génitales et autres violences persistent.                                                                                                       

Juliette Nathalie Bakyono, présidente de l’IPBEF

L’étude a concerné les jeunes filles âgées de 15 à 25 ans et les jeunes femmes âgées de 26 à 40 ans. Elle a consisté à des entretiens avec des acteurs impliqués dans la protection de la jeune fille et de la femme, des focus groupe avec les enquêtées en milieu rural et urbain ainsi que des recueils de témoignages soit 35 récits de vie de jeunes filles et de femmes.

Cette étude diagnostique est l’œuvre de l’Initiative Pananetugri pour le Bien-être de la Femme ( IPBFF). Selon la présidente de l’IPBEF, Ezoma Juliette Nathalie Bakyono, cette étude avait pour objectif de décrire l’état des lieux de la Situation des jeunes filles et jeunes femmes, de cerner les défis et opportunités en termes de droits humains, socio-économique et de relations de pouvoir dans les pays francophones de l’Afrique de l’ouest.

Elle a également été l’occasion dresser l’état des initiatives publiques et privées mises en œuvre pour accompagner et assister les jeunes filles et femmes.  Les résultats de l’étude devraient servir comme un outil de plaidoyer auprès des partenaires afin de parvenir à une synergie d’action pour la protection des droits de la femme en Afrique francophone.

L’initiative Pananetugri pour le Bien-être de la Femme est une organisation féministe née de la volonté de jeunes filles des garçons désirant apporter leur contribution à l’épanouissement de la femme dans tous les domaines de la vie. C’est ainsi qu’elle mène des actions de proximité en direction des femmes pour les amener à prendre leur destin en main notamment en ce qui concerne la défense de leur droit. Elle mène également des actions de plaidoyer à l’endroit des pouvoirs publics, coutumiers et religieux pour une prise en compte des enjeux inhérents au développement féminin.

La rédaction

Laissez votre commentaire ici !