« Enjeux et défis du mix énergétique », c’est autour de ce thème que s’est tenue la rencontre d’échanges initiée par la société nationale d’électricité du Burkina (Sonabel) dans le cadre de ses journées portes ouvertes (JPO). C’était ce samedi 23 Mars dans l’enceinte du Ciné Burkina.

A la faveur de ses journées portes ouvertes tenue du 22 au 24 Mars 2019 à Ouagadougou, la SONABEL a organisé un panel autour du thème « Enjeux et défis du mix énergétique ».

Le mix énergétique ou bouquet énergétique est la répartition des différentes sources d’énergies primaires consommées dans une zone géographique donnée. Les ressources naturelles, le coût des énergies, le niveau scientifique et technique, la politique énergétique sont entre autres des facteurs déterminant de la mise en œuvre du mix énergétique. La tenue du panel sur le mix énergétique s’inscrit dans une vision de développement efficace des énergies renouvelables dans tous les systèmes d’approvisionnement global du pays que ce soit à l’échelle des ménages ou des habitudes de tous les jours.

Dr Bruno Korgo, Directeur général des énergies renouvelables

 Les besoins énergétiques sont de plus en plus croissants et le mix énergétique constitue selon les panélistes la meilleure solution pour assurer la disponibilité et l’accès de tous à cette électricité.  Il s’agira pour la Sonabel de pouvoir diffuser le système énergétique renouvelable, de veiller à son utilisation efficace et de permettre que les solutions renouvelables notamment solaires puissent être véritablement prises à la hauteur de leur potentiel. Toutes les sources d’énergies contribuant à la production d’électricité sont prises en compte. Les sources d’énergies primaires sont comptabilisées notamment celles consommées pour les transports, la cuisson, etc.

Lire aussi: Défis énergétiques: la SONABEL ouvre ses portes au public

« Celui qui arrive à mettre un petit panneau électrique de 500 watts sur le toit de la maison de sa grand-mère au village avec une batterie, contribue au mix énergétique du Burkina Faso. Il fait bouger le pôle du renouvelable du pays », a souligné le Dr Bruno Korgo, directeur général des énergies renouvelables. « La question d’énergie n’est pas seulement une affaire de Sonabel, c’est l’affaire de tous », a-t-il déclaré.

Mettre l’accent sur le solaire

Dans notre pays, les ressources énergétiques sont limitées surtout en ce qui concerne les énergies conventionnelles. La Sonabel dispose principalement de trois (03) sources de production. Il s’agit de la thermique diesel dont l’exploitation a débuté en 1954, de l’hydroélectricité à partir de 1989 et du solaire photovoltaïque en 2017. La production thermique domine et son coût de production est élevé. L’accent est donc mis sur les importations pour permettre de maintenir le coût de production du Kilowattheure.  Effectuer une transition énergétique vers les énergies vertes et renouvelables en mettant l’accent sur le fort potentiel solaire dont dispose le pays pour atteindre 1000 MWc installés, 30% d’énergie renouvelables en 2020, 50% en 2030, accès (45% électrification, 1 000 000 d’abonnés en 2020), c’est l’objectif visé par la politique énergétique du Burkina Faso.

Lassana Zoungrana, le Directeur de la production de la Sonabel

Abordant les contraintes liées à l’indisponibilité des moyens de production nationale en période de pointe, Lassana Zoungrana, le Directeur de la production de la société nationale d’électricité affirme qu’elles sont dues à des pannes fortuites survenant pendant l’exploitation des groupes. La faible pluviométrie qui impacte les niveaux de l’eau dans les barrages hydroélectriques ainsi l’indisponibilité de certaines pièces de rechanges peuvent aussi en être les sources. Cependant, pour soulager la population des difficultés liées aux coupures de courant, il assure que des mesures sont prises: « Au niveau national, à très court terme, nous avons la centrale thermique de Fada qui est actuellement en construction et qui doit être mis en service au mois de Mai-Juin. Il y a aussi l’extension de la centrale thermique de Kossodo dont les travaux vont commencer très bientôt. Au niveau de l’extérieur, des négociations ont été menées avec les partenaires du Ghana et de la Côte d’Ivoire pour l’augmentation de leur contribution en terme d’énergie».

En rappel la Sonabel a pour mission de produire, transporter, importer, exporter, distribuer et commercialiser l’énergie électrique sur toute l’étendue du territoire burkinabè.

Faridah DICKO

Laissez votre commentaire ici !