Après les régions des hauts bassins et des cascades, la ministre en charge de la Femme, Laurence Ilboudo/Marchal a mis le cap sur Gaoua le 17 février dernier. Là-bas, ce sont des femmes mobilisées qu’elle a rencontrées pour les échanges.

Tout comme dans les autres régions visitées par la ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Laurence Ilboudo/Marchal, la situation de la femme à Gaoua est toujours préoccupante et peu reluisante.

Ainsi, la Coordinatrice des femmes de la région, Solange Somé a fait savoir que la femme, nonobstant sa volonté de faire changer sa situation se trouve confrontée à de multiples difficultés. « Dans notre région, les femmes ont difficilement accès aux micros crédits, toute chose qui les empêchent de développer des activités rémunératrices de revenu », a-t-elle déploré.

Autres difficultés que le premier adjoint du maire a révélées sont entre autre le difficile accès de la femme à la terre, et leur faible représentativité dans les instances décisionnelles. « Malgré le fait que les femmes soient les plus nombreuses, elles vivent dans la précarité, ce qui doit changer », a-t-il déclaré.

Laurence Ilboudo a exhorté les femmes à des échanges fructueux

En plus ces obstacles à l’épanouissement de la femme, l’adjoint au maire a parlé du poids des pesanteurs socio culturels et des violences faites aux femmes qui sont toujours d’actualité dans la région.

Par ailleurs, il s’est réjoui qu’avec le tenue des fora régionaux, une solution sera trouvée afin de braver tous ces maux obstruant le chemin de la réussite de la femme. « Discutez en toute franchise pour trouver les solutions idoines à vous différentes préoccupations », a dit l’adjoint au maire à l’endroit des femmes.

La ministre, Laurence Ilboudo pour sa part, a expliqué que les femmes dans leur entièreté sont sous représentées dans les instances décisionnelles en témoigne les statistiques où l’on trouve 14 femmes sur 127 députés, 4 femmes sur 13 gouverneurs, 16 femmes hauts commissaires sur 45, 41 femmes préfets sur 350…

Eu égard à ces chiffres, elle a indiqué l’importance du thème du 8 mars : La participation de la femme à la gouvernance : état des lieux, défis et perspectives, qui permettra de se pencher sur la situation réelle de la femme.

Aussi, Laurence Ilboudo a confié que l’objectif de ces fora régionaux est d’échanger avec les acteurs et actrices, identifier les préoccupations majeures des femmes et formuler des recommandations pour une meilleure représentation dans la gouvernance.

24 tonnes de vivres a été offert aux personnes nécessiteuses

C’est pourquoi, elle a exhorté ces dernières à avoir un dialogue franc et fructueux au cours du forum afin de proposer des actes prioritaires sur lesquels elles souhaiteraient être accompagnées.  « Les femmes ont les mêmes problèmes mais elles n’ont pas les mêmes besoins, formulez vos besoins réelles afin que nous puissions vous accompagner », a-t-elle lancé aux femmes de Gaoua.

Avant de prendre congé, la ministre en charge de la Solidarité de la nationale a fait un don de 24 tonnes de vivres aux personnes nécessiteuses de la région. A travers cette donation, elle a exhorté la population à être solidaire les uns envers les autres. « C’est avec cette solidarité que nous allons avancer, que nous allons construire un Burkina Faso de paix, d’amour et de pardon », a affirmé Laurence Ilboudo.

                                                                                                          Issa KARAMBIRI

Laissez votre commentaire ici !