Le Burkina a célébré ce vendredi 8 mars 2019, la 162e Journée internationale de la femme sous le thème : ‘’Contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale’’. Koupéla dans la région du centre-Est, a eu l’honneur d’accueillir la cérémonie officielle commémorative sous la présidence l’épouse du chef de l’État, Sika Kaboré et quelques membres du Gouvernement.

Cette année, la journée internationale de la femme a été commémorée de la façon la plus sobre au Burkina, la préoccupation étant de trouver des solutions contre les attaques terroristes que subit le pays  ces dernières années. Pour cela les femmes ont fait abstraction des festivités et danse et même le traditionnel défilé pour s’associer et apporter leur contribution à la lutte contre l’extrémisme violent.

Ainsi, ce sont les femmes qui payent le plus lourd dans cette situation d’insécurité avec des cas d’atteinte de plénitude physique, mais aussi la perte de leurs époux et  de leurs enfants qui sont en général  les piliers de la famille.

Et selon les statistiques fournies par la ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, Hélène Marie Laurence Ilboudo /Marshall, les attaques terroristes ont occasionné de nombreuses pertes en vie humaine, la déstabilisation du système éducatif, des conflits intercommunautaires, le déplacement massif de plus 86 691personnes dans les régions du Nord, du Centre-nord, du Sahel et de la boucle du Mouhoun.

 « Cette bataille ne peut être l’affaire seule du gouvernement, encore moins des Forces de Défense et de Sécurité. La contribution de chaque citoyen, particulièrement des femmes est indispensable », a-t-elle déclaré. Et c’est pourquoi elle invite chacune à s’engager davantage dans cette lutte qui s’avère de longue haleine.

La Première dame Sika Kaboré a indiqué que les femmes sont porteuses d’initiatives et de solutions efficaces contre l’extrémisme violent et la radicalisation d’où le choix du thème : « contribution de la femme à l’édification d’un Burkina Faso de sécurité, de paix et de cohésion sociale ». Il s’agit donc d’attirer l’attention sur l’impérieuse nécessité de prendre en compte la femme dans la prévention et dans la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent.

Sika Kaboré a exhorté toutes les populations à collaborer solidairement avec les FDS et à s’approprier la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme à travers des dénonciations de comportements suspects.

Cette cérémonie a également été marquée  par des distinctions à  40  personnalités qui se sont démarqués par leurs œuvres qui ont contribué à  l’épanouissement de la femme. Ces décorations sont du ministère en charge de la promotion de la femme pour exprimer la reconnaissance de la Nation.

La super coupe Dames inscrite dans les activités commémoratives du 8 mars

Madame Sika KABORE, accompagnée de la Ministre de la Femme, Laurence ILBOUDO, a donné le coup d’envoi de la « Super coupe Dame ».

Et pour terminer en beauté, un match de football a été initié. Et c’est l’équipe de l’Union sportive des forces armées (USFA)  qui a remporté le trophée devant Étincelles football club. La confrontation entre l’équipe championne et celle détentrice de la coupe du Faso, en football s’est jouée au stade municipal de Koupèla.

Organisée dans le cadre des activités commémoratives de la 162è journée internationale de la femme, la super coupe Dames en football est désormais un évènement sportif qu’il faudra désormais inscrire dans l’agenda de la commémoration du 8 mars au Burkina, selon la ministre Laurence Ilboudo /Marchal

Aminata Gansonré

Laissez votre commentaire ici !