Les Forces armées burkinabè célébreront le 1er novembre prochain, le 56 ème anniversaire de leur existence. En prélude à cette cérémonie, le comité d’organisation était face à la presse ce 17 octobre pour dérouler les grandes lignes des activités prévues.

Jamais la quiétude des forces armées nationales du Burkina n’aura été troublée par autant d’attaques armées. En effet pour la première fois, elles vont célébrer leur anniversaire dans un contexte particulier, marqué la multiplication des actes terroristes aussi bien au Burkina que dans la sous-région.                                                                                                                                        

Selon le président du comité d’organisation, le Col-major Oumarou Sawadogo, en dépit de toutes ces difficultés, les forces de défense et de sécurité sont toujours prêtes au péril de leur vie pour défendre l’intégrité du pays.

Pour lui, célébrer l’anniversaire de l’armée c’est rendre hommage à l’œuvre accomplie par les devanciers notamment tous ceux qui ont contribué à la création et au développement des Forces armées nationales.

« Défis sécuritaires et développement socio-économique : contribution des Forces armées nationales », c’est sous ce thème que tiendra ce 56ème anniversaire. Pour les conférenciers, la réflexion autour de ce thème paraît comme un devoir car la sécurisation du pays et la participation au développement de la nation fait partie des missions assignées aux FAN.

 

  Le Col-major Oumarou Sawadogo:  » la sécurité ce n’est pas seulement l’affaire des Forces de défense et de sécurité »

 

Plusieurs activités sont au menu de cette commémoration, notamment la coupe du ministre en charge de la défense nationale en volleyball, la remise de soutien aux veuves et orphelins des militaires décédés et à ceux blessés en missions commandées et en opération de soutien à la paix.

 

Par ailleurs, une journée de consultations gratuite sera organisée à cet effet sans oublier la cérémonie de prise d’armes suivie de décoration. Au cours de la conférence de presse, les hommes de média sont revenus sur les attaques répétées dont les militaires burkinabè en paient leprix.

Selon le Col-major Oumarou Sawadogo, l’attaque du poste avancé d’Intagom qui a fait 7 morts dont 4 militaires et 3 civils et les différents accrochages dont la gendarmerie nationale a été victime rappellent la grandeur de la tâche et le nombre de défis à relever sur le plan sécuritaire.

« Nous sommes confrontés à un problème auquel nous n’avons pas une solution définitive. Les moyens n’ont jamais suffi. Il faut la collaboration de tous les burkinabè dans la lutte contre un mal difficile à combattre », a conclu le Col-major.

                                                                                                     Issa KARAMBIRI

                                                                                  Karambiri.issa@gmail.com

{loadmodule mod_facebooklike,Facebook Like}

Laissez votre commentaire ici !