La coordination du programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF) était à Bobo Dioulasso ce vendredi 27 octobre 2017 dans le cadre de la supervision du processus de décaissement des crédits au profit des bénéficiaires. A cette occasion, des femmes et personnes en situation de handicap sont rentrés en possession de leurs chèques au guichet FASI du secteur 5 de bobo.

 

Au cours de la remise symbolique des chèques, grande était la joie des bénéficiaires. Sur plus de 100 000 dossiers soumis, ils font partie des 73 471 personnes ayant été présélectionnées.

Mariam Ouattara, vendeuse ambulante et bénéficiaire

Les différentes unités promotrices de ces crédits sont le FAARF, le FASI qui a su regroupé 679 personnes sur une enveloppe de 304 326 000 francs. Le FAIJ, lui, a eu 388 bénéficiaires pour une enveloppe de 143 020 000 francs. Quant au FAPE, c’est 174 personnes qui se sont regroupées autour d’une enveloppe de 174 500 000 millions de francs.

Selon le coordonnateur du programme d’autonomisation économique des jeunes et des femmes (PAE/JF),  Soumaïla Bitibaly, l’objectif de ces fonds est d’aider les bénéficiaires que sont les jeunes et les femmes à l’auto emploi et à l’insertion socioprofessionnelle. Mise en œuvre dans les 13 régions du Burkina Faso, ce programme s’inscrit dans le cadre du Programmes national de Développement économique et social (PNDES) notamment son axe trois qui est de « dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois ». Toute chose qui contribuera à la réduction du chômage et du sous-emploi des jeunes et des femmes au Burkina Faso.

 

Le Coordonnateur les a encouragés à un bon usage. « En effet, ces fonds proviennent du budget de l’état et il est opportun que chaque bénéficiaire songe au remboursement », a t-il souligné.

En attendant ce fait, Mariam Ouattara, vendeuse ambulante de pagnes traditionnels se réjouit d’avoir eu la chance d’être parmi les présélectionnés.  Elle compte étendre son commerce sur un site précis. De son côté le PAE/JF, se donnera les moyens pour assoir un dispositif de suivi rapproché à travers l’encadrement des promoteurs afin d’assurer le remboursement des fonds.

                                                       Emmanuel Sombié

Laissez votre commentaire ici !