4ème Journée nationale de la logistique : les pratiques de conteneurisation en discussion

*****

La chambre de commerce et l’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), a animé une conférence de presse dans la soirée du 4 octobre en vue de s’entretenir sur les préparatifs des Journées Nationales de la Logistique (JNL). Une manifestation initiée depuis 2013, et dont la 4e édition se tiendra du 23 au 25 Octobre.

 Selon le directeur de la chambre de commerce de l’industrie du Burkina Faso (CCI-BF), l’organisation de cette 4ème édition des journées nationales de la logistique(JNL) a pour objectif d’améliorer la compétitivité du conteneur au profit des acteurs économiques.

Et de poursuivre que pour atteindre ces buts, il sera question, à travers sept sous-thèmes qui seront développés durant  trois jours en vue de discuter d’un mécanisme pour cautionner le retour des conteneurs. La chambre de commerce et de l’industrie du Burkina Faso (CCI-BF) et le conseil burkinabè des chargeurs (CBC), ont indiqué que cette édition 2018 a pour  thème : «compétitivité du conteneur sur la desserte de l’hinterland ouest africain ».

De ce fait, ils ont informé que le choix de ce thème tient au fait qu’il est  établit que les inefficiences logistiques du pays sont dues « à la faible pénétration du trafic conteneurisé sur le maillon terrestre. »

À en croire ses propos, il s’agit d’échanger sur les pratiques de conteneurisation pour promouvoir des stratégies  qui permettront aux maillons de la chaine de coopérer  et surtout identifier des leviers de promotion de la conteneurisation.

Il sera question, a souligné le président du comité d’organisation, de discuter des perspectives et d’une politique pour promouvoir la conteneurisation à travers le partage des conclusions des études thématiques des JNL 2016.

En informant et  en sensibilisant sur des thématiques sur le transport conteneurisé, la CCI-BF et la CBC entendent faciliter  des échanges entre  les acteurs. Car, a expliqué le directeur de la CCI-BF, que le conteneur a des avantages et nos opérateurs économiques craignent  de l’utiliser pour transporter leurs marchandises.

Il en veut pour preuve le taux de conteneurisation entre 80% et 90 % au niveau mondial, de 50 % en Afrique de l’Ouest et moins de 20 % au Burkina Faso. Les membres du comité ont affirmé être partis  du constat que le conteneur constitue  une révolution des transports et du commerce . D’où l’intérêt de cette manifestation d’accroitre l’utilisation du conteneur par les importateurs et exportateurs burkinabè à l’horizon 2021.

Pour la cause du conteneur, le comité d’organisation a noté deux innovations à  savoir  l’accompagnement de la démarche par des études thématiques sur les principaux obstacles à l’essor de la conteneurisation dans les pays de l’hinterland et le pilotage et la fédération des efforts pour donner naissance à une réseau d’acteurs de la sous région .

Ce sont autour de 200 participants venus  du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, du Mali, du Niger, du Nigéria, du Sénégal, du Togo, de la Suisse, du Maroc, du Kenya. La plupart des concernés sont les importateurs et exportateurs, les miniers, les industriels, les armateurs, les transporteurs routiers et ferroviaire, les ports, les terminaux à conteneurs, les manutentionnaires, les services d’inspection, les banques et les sociétés d’assurance, les partenaires techniques et financiers, les organismes sous régionaux et  les étudiants en logistique.

                                                                                                 Achille ZIGANI

                                                                                                    (Stagiaire)

 

.

Publicités

Laissez votre commentaire ici !