Le 19 février prochain aura lieu à Ouahigouya la journée des légumineuses prévue. Le ministre de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Jacob Ouédraogo a animé un point de presse ce lundi 12 février 2018 pour donner les grands axes de cette journée.

Placée sous le thème : « Promouvoir les légumineuses pour la création d’emplois au profit des jeunes et des femmes et l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle », la journée des légumineuses, une première au Burkina Faso sera célébrée à Koumbané dans le yatenga. L’objectif de cette journée, a expliqué  le ministre Jacob Ouédraogo, s’inscrit dans la dynamique de renforcer la production des légumineuses au Burkina Faso

L’organisation d’une telle journée, le ministre Ouédraogo a fait savoir qu’il s’agit de sensibiliser l’opinion publique sur l’importante contribution des légumineuses pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Et de promouvoir, a-t-il ajouté, l’utilisation de ces légumineuses dans l’ensemble du système alimentaire, ainsi que leurs avantages en termes d’amélioration de la fertilité des sols et de lutte contre les effets du changement climatique.

Selon le premier responsable du ministère en charge de l’Agriculture, un autre intérêt de cette journée est de « faire en sorte que la déclaration de Ouagadougou faite à la clôture de la journée internationale des légumineuses dédiée à l’année 2016 par l’Assemblée générale de l’ONU, porte des fruits ».

C’est à Koumbané dans le Yatenga que se tiendra la journée des légumineuses

Pourquoi le choix de la région du nord pour abriter cette 1ère édition ? A en croire Jacob Ouédraogo, le projet financé par la FAO concerne les régions du nord et du centre-nord. « Ce sont les régions les plus productrices de légumineuses. Le choix du nord n’est alors pas fortuit et il est question de promouvoir davantage cette production », a-t-il dit. Pour le choix précis du village de Koumbané, Jacob Ouédraogo a mentionné que c’est dans cette localité que se trouve le site de production financé par la FAO.

« Il serait bon que le DG de la FAO puisse visiter ce que la FAO a pu faire dans le cadre de ce projet lancé  en décembre et qui donne un résultat déjà satisfaisant », s’est justifié le ministre Jacob Ouédraogo.

30 à 50% des aménagements agricoles reviennent aux femmes

Quant à la préoccupation sur la création d’emplois pour les femmes à travers les légumineuses, le ministre a précisé que le fait qu’elles soient au centre de la production des légumineuses, le gouvernement ne peut que les soutenir en vue d’une autonomisation économique.

L’information a été portée aux hommes de média ce 19 février

« 30 à 50% des aménagements agricoles reviennent aux femmes. Elles sont accompagnées avec des techniques de production et des semences de qualité », a-t-il indiqué.

Cette journée sera marquée par la remise de distinctions honorifiques, suivie d’une visite de stands d’exposition de légumineuses et produits dérivés et d’une visite guidée d’un champ de production de légumineuses.

Selon les données du ministère en charge de l’agriculture, au titre de la campagne agricole 2017-2018, la production du niébé est estimée à 684 464 tonnes, le wandzou ou pois de terre s’élève à 5 005 tonnes et celle de l’arachide est évaluée à 470 332 tonnes. La quantité de soja produite est estimée à 22 650 tonnes.

                                                                                                                                   Assétou Maïga