La Représente-résidente de l’Unicef, Dr Anne Vincent est allée présenter le rapport définitif de l’étude sur les recettes budgétaires ordinaires et le potentiel fiscal en faveur de l’enfant et de la femme au premier ministre Paul Kaba Thiéba, ce jeudi 8 février 2018.

Débutée en 2015 pour être achevée en 2017, cette étude réalisée par l’Unicef est un guide qui montre comment le gouvernement burkinabè pourra mobiliser davantage de ressources internes en termes de taxes et de recettes fiscales.

Selon Dr Anne Vincent, l’Unicef s’est intéressée à cette étude parce que le Burkina Faso s’est engagé au niveau international à atteindre des niveaux optimum de financement des secteurs sociaux, particulièrement la santé où l’on devrait aller à 15% du budget national et l’éducation qui devrait atteindre 20% du budget national. »L’idée de ce document c’est d’aider le Burkina Faso dans la mobilisation des ressources internes afin qu’il soit moins dépendant sur le plan particulièrement de l’aide internationale » a t-elle confié.

La Représentante résidente de l’Unicef, Dr Anne Vincent

 

« Nous sommes encore loin de ces engagements financés au niveau du budget national parce qu’il y a des déficits importants. L’idée, c’est une augmentation du budget national à travers les capacités internes de mobilisation de financements, de façon à rendre le Burkina Faso moins dépendant sur le plan particulièrement des secteurs sociaux, de l’aide internationale », a déclaré Anne Vincent.

C’est une étude qui vient avec des pistes intéressantes à en croire la première responsable de l’Unicef dans le contexte de développement durable. « Le Burkina Faso est très bien engagé dans ce domaine. Il fait d’énorme efforts et ce document est un outil qui apporte des idées, des recommandations, qui vont permettre, j’espère au gouvernement d’avancer dans ce sens », a-t-elle indiqué.

L’Unicef pour sa part, va monitorer l’impact de ce plan d’action pour voir l’évolution des budgets alloués à ces secteurs sociaux suivant les années. C’est une nouvelle orientation de l’organisation internationale et la macro-économie est un domaine extrêmement important à regarder.

Ce document a été élaboré pour soutenir la mobilisation de finances internes nationales en appui au PNDES. L’axe 2 du PNDES étant celui qui intéresse le plus l’Unicef, car s’intéressant au capital humain, la dimension genre a donc été prise en compte. Ce, dans l’optique de permettre aux femmes de jouer des rôles importants à tous les niveaux.

Plusieurs acteurs ont participé à la réalisation de ce document pratique. Il s’agit du ministère en charge des Finances, de l’économie et du développement, de la direction générale des douanes, du personnel de la santé et  de l’éducation.

                                                                                                                                       Assétou Maiga