‘’Dix films pour un combat’’ de Fanta Régina Nacro est une série d’histoires basées sur des faits réels de violences faites aux femmes. La sortie officielle a eu lieu ce jeudi 11 janvier 2018 au ciné Burkina en présence des autorités politiques et des responsables du Fonds Commun Genre .

‘’Dix films pour un combat’’, voici un film de sensibilisation inspiré sur des faits réels de notre société. Ce sont dix histoires basées sur des faits réels de violences que vivent les femmes au quotidien. Jamais autant la violence faite aux femmes n’a été d’actualité dans les foyers. Les sept films portés à l’écran pour cette sortie officielle, dépeignent les violences physiques et morales en passant par le viol de Aminata ; l’inceste entre un père et sa fille où la fille à défaut d’être répudiée va subir un mariage forcé, l’inceste entre frère et sœur où les deux vont être bannis et l’enfant né qui échappe de justesse à la mort. Les violences économiques et culturelles y sont également touchées du doigt comme l’illustre la spoliation des biens de la veuve et le lévirat. Bref, c’est un public qui a été retenu en haleine entre indignation et compassion pendant ces 1H30mns environ de projection.

Il faut dire que les films du défi ont osé franchir les mythes et tabous pour réaliser dix films pour évoquer la question des violences faites aux femmes, des violences qu’on n’ose pas en parler et qui rongent pourtant la vie de ces femmes et sont une atteinte à leur dignité et intégrité.
C’est pourquoi, cette cérémonie placée sous le parrainage du ministre en charge de la justice, René Bagoro et sous la coprésidence des ministres de la femme, de la solidarité nationale et de la famille Laure Zongo et de la culture, des arts et du tourisme, Issouf Sawadogo vient comme une aubaine pour concrétiser le vœu de la réalisatrice Fanta Nacro qui est de plaider pour un monde égalitaire où sont totalement bannies les violences liées au genre.

‘’10 films pour un combat’’ a pu être réalisé grâce à l’appui du Fonds Commun Genre. Selon le porte-parole du Chef de file du FCG, Luther Yaméogo, le film a retenu l’attention de plus d’un et a suscité une émotion positive. « Certains ont été outrés, consternés quand il le fallait, interloqués. C’est un sentiment global d’indignation qui montre qu’il y a quelque chose à faire », a-t-il fait savoir.

Dans son mot, le ministre en charge de la justice, et parrain de cette cérémonie a félicité la réalisatrice pour son engagement à interpeller les consciences sur la problématique des violences faites aux femmes qui est monnaie courante dans nos pays. « Malgré l’existence d’un cadre juridique et institutionnel favorable à la lutte contre les violences faites aux femmes, le phénomène persiste dans notre pays et cause de nombreux drames humains. Les témoignages bouleversants des victimes de vos films illustrent à souhait mon propos », a-t-il indiqué avant d’illustrer entre autres le combat de son ministère contre les violences faites aux femmes par l’avant -projet de Code pénal qui a consacré toute une section pour réprimer désormais les mariages d’enfants. Il a mentionné également qu’un Fonds d’assistance a été créé et est fonctionnel pour faciliter l’accès au juge par les justiciables en général et particulièrement pour les femmes victimes de violences.

René Bagoro, ministre en charge de la justice

Justement, dans la conception de Fanta Nacro, cette série de films aborde la question centrale de justice et de vérité et « est un plaidoyer pour une société plus pacifique, la capacité de changer positivement la société » à travers des témoignages poignants qui ne peuvent laisser indifférents.

Bénédicte Guingani est comédienne. Elle a joué le rôle d’Aminata dans le film ‘’le fils du voisin m’a violé’’. « J’ai eu beaucoup d’émotions. On rencontre beaucoup d’histoires réelles dans nos coutumes, il y a beaucoup de femmes qui subissent ces violences dans la société. J’ai hâte que les femmes soient enfin soulagées de ces  violences », confie-t-elle.

Bénédicte Guingani dans le rôle d’Aminata

‘’Dix films pour un combat’’ avec deux films bonus vient renforcer la collection cinématographique de Fanta Nacro, une multi-lauréate en Afrique et à l’international. Elle a à son actif une trentaine de moyens métrages et une quinzaine de courts métrages.

Assétou Maïga
Assetou.maiga@queenmafa.net