En marge de la visite du prince de Monaco au Burkina, s’est tenue  la deuxième réunion de la Commission Bilatérale de coopération entre le Burkina Faso et la principauté de Monaco ce jeudi 11 janvier 2018 à Ouagadougou. L’engagement de Monaco à contribuer dans les domaines utiles du Burkina pour les trois dernières années s’élève à hauteur de 2,5millions d’euros.

Il s’agissait pour le ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Burkinabè de l’extérieur Alpha Barry et le conseiller de gouvernement, ministre des relations extérieures et de la coopération de la principauté de Monaco, Gilles Tonelli de faire un bilan des réalisations de Monaco au Burkina et de poser un regard sur les perspectives en matière de développement.

Débuté en 2004, c’est en février 2012 que la coopération entre la Principauté de Monaco et le Burkina Faso a pris un élan avec une première visite de son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco. Une visite qui s’est concrétisée par la signature de l’Accord-cadre de coopération entre les deux pays.

L’Accord-cadre de coopération  signé le 14 juin 2016, touche les secteurs de base tels l’éducation, la santé, l’insertion socio-économique et la protection civile. Des résultats probants qui font dire le ministre Barry qu’ en dépit de sa relative jeunesse, l’exemplarité et surtout la singularité de cette coopération bilatérale sont à saluer. A l’entendre, le gouvernement princier soutient outre les domaines traditionnels, des projets dans le cadre de la lutte contre la drépanocytose, la prise en charge des pathologies cardiaques des enfants, la construction de l’institut supérieur d’étude et de protection civile et le renforcement des capacités de la Brigade nationale de sapeurs-pompiers. Il s’est aussi réjoui du fait que la nouvelle stratégie de coopération monégasque pour la période 2018-2022, prenne en compte des secteurs prioritaires comme le décline le Plan national de développement économique et social (PNDES) à l’horizon 2016-2020.

Pour le conseiller de gouvernement, ministre des relations extérieures et de la coopération de la principauté de Monaco et chef de la délégation monégasque, Gilles Tonelli,  la définition de l’ensemble des priorités d’intervention, l’évaluation de la pertinence et de l’efficience des actions, celle de l’impact sur les communautés soutenues, tout comme la valorisation des moyens mis en œuvre par la Principauté sont autant de points essentiels pour assurer une coopération plus efficace . Il s’est par ailleurs félicité que ce dialogue s’inscrive dans une démarche de transparence et de redevabilité qui sont des valeurs essentiels des politiques respectives de développement.

Conclusions satisfaisantes à l’issue des travaux

Après des heures d’échanges fructueux sur la coopération entre la principauté de Monaco et le gouvernement du Burkina Faso, les deux ministres et chefs de délégation se sont dits satisfaits et optimistes quant à l’aboutissement d’une coopération dynamique. S’en est suivie  la signature du protocole d’entente entre la principauté de Monaco et le gouvernement du Burkina Faso, sur la période 2018-2022 relatif au financement de la 2e phase du secteur de l’enseignement et la formation des jeunes et professionnelle au profit du ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’Insertion professionnelle. Il y a eu également la signature du mémorandum d’entente entre le Samu Social burkinabè et le Samu Social international relatif au projet jeunes, adultes et enfants en situation de rue.

Aux cours des trois dernières années, la contribution de Monaco au financement des projets de développement du Burkina Faso est estimé à près de 2,5millions d’euros.
Pour le ministre Alpha Barry, c’est une satisfaction d’ensemble au regard des acquis engrangés et l’idée d’un partenariat construit dans un esprit de confiance  qui réponde aux objectifs communs .

Assétou Maïga
Assetou.maiga@queenmafa.net