Avec Rasmata Zongo/Kaboré, chargée du marketing social à la clinique Marie Stoppes International, nous nous intéressons aujourd’hui au Depo-Provera et à Sayana Press, deux méthodes contraceptives injectables.

Le Depo-Provera et Sayana Press sont des contraceptifs injectables de type hormonal. On les appelle des méthodes de courte durée car se renouvelant tous les trois mois. Ils ont tous le même principe actif. C’est la même molécule et toutes ces deux méthodes sont utilisées pour protéger la femme des grossesses non désirées. C’est à la femme alors de choisir son injectable de préférence et peut décider de quand arrêter pour tomber enceinte.

Mode de fonctionnement

La première injection doit être administrée uniquement au cours des cinq premiers jours du cycle menstruel. Si les menstruations sont anormales, il convient d’abord de faire le test de grossesse avant de passer à l’injection. S’il est injecté dans les cinq premiers jours du cycle menstruel, le Depo-Provera est efficace dès le jour de l’injection. S’il est administré après les cinq premiers jours du cycle menstruel, l’efficacité du Depo-Provera n’est pas garanti durant les trois à quatre semaines suivantes. En ce moment, la femme doit utiliser une autre contraception, le préservatif, par exemple, pour prévenir une grossesse.

L’injection suivante peut se situer entre la 10e et la 13e semaine. Cependant, si le délai dépasse 13 semaines, un test de grossesse est nécessaire avant de recevoir une autre injection.

La progestérone injectée empêche l’ovulation ; amincit la couche interne de l’utérus (endomètre), ce qui empêche un ovule fécondé de s’y implanter ; elle épaissit les sécrétions du col de l’utérus, rendant plus difficile le passage des spermatozoïdes.

Sayana Press agit en empêchant le développement complet d’un ovule et sa libération par les ovaires pendant le cycle menstruel. Si un ovule n’est pas libéré, il ne peut pas être fertilisé par du sperme et entraîner une grossesse.

Sayana Press est injecté sous cutané ; on soulève légèrement la peau pour faire l’injection. On a trois sites d’injection pour ce produit. On peut l’injecter au niveau du bras, du bas-ventre ou au niveau de la cuisse.

Mais avec le Depo Provera, l’ancien que beaucoup de femmes connaissent, l’injection se fait en intramusculaire, selon les techniciens c’est-à-dire qu’il est injecté à l’intérieur du muscle. On peut l’injecter au niveau du bras ou au niveau de la cuisse, donc sur deux sites.

Ce qui est gênant avec ces méthodes

Avec ces deux injectables, on a comme effets secondaires les règles qui disparaissent (mais il faut noter qu’il y a des femmes qui préfèrent même cet état de fait). Mais cela ne doit pas inquiéter la femme.

Aussi, selon le sang de certaines femmes, les règles viennent deux fois dans le mois, de façon désordonnée, ou des règles qui viennent en petites quantités mais de façon permanente, continue. Ce qui fait que la femme peut saigner pendant une ou plusieurs semaines. Après sept jours de saignement sans arrêt, il est conseillé que la femme revienne immédiatement au centre de santé pour se faire prendre en charge. Ce sont des effets secondaires non désirés et très gênants souvent. Mais c’est quelque chose qui se régularise sans problème. Les femmes en sont informées pendant le counseling.

Un autre fait avec cette méthode est que la femme peut aussi prendre du poids, peuvent intervenir aussi des nausées, vomissements, maux de dos, écoulement des mamelons et sensibilité aux seins, tâches plus foncées de la peau, acné, éruptions cutanées, sentiments de dépressions, pertes vaginales, sécheresse vaginale, perte de cheveux, augmentation de poils, perte de cheveux, augmentation ou diminution de la pression artérielle, etc.

Le taux d’efficacité de l’injectable est de 99,7%, selon les experts si la femme respecte bien les prescriptions médicales.

Assétou Maïga