Poursuivi pour des faits de coups et blessures volontaires à l’endroit de la comédienne Azara   Soro, le réalisateur Tahirou Tasséré  Ouédraogo est  passé devant le tribunal de grande instance de Ouagadougou (TGI) ce jour 13 novembre 2017. Il écope d’une peine de 18 mois de prison avec sursis.

Pendant plus d’une heure, accusé, victime, et témoins sont revenus sur les circonstances des faits. L’accusé, Tahirou Tasséré Ouédraogo, réalisateur de film a reconnu les faits tout en expliquant que les coups et blessures qui lui sont reprochés sont intervenus lors d’une bagarre entre lui et sa deuxième assistante. A ses dires, c’était « une œuvre du Diable », car il n’avait point l’intention de poignarder la comédienne. Remontée contre Azara Soro, il avait juste récupérer une bouteille déjà cassée   dans une sorte de poubelle  afin d’intimider la comédienne. Cependant, le témoignage de la victime ainsi que ceux des  3 témoins sont formelles. Le réalisateur a belle et bien cassé lui-même la bouteille et a poignardé la victime.

Pour les avocats de la victime, les faits sont assez graves. Selon eux, l’intention de Tahirou était probablement de porter atteinte à la vie de  Azara Soro et la blessure de celle-ci est une moindre mal. Au vu des faits, ils ont donc souhaité que l’accusé payer fort pour son acte afin que cela serve d’exemple pour les autres.

 « Je m’excuse, je m’excuse sincèrement, je demande pardon »

En ce qui concerne l’estimation des préjudices à l’endroit de la victime, ses avocats se sont dit ne pas être à mesure de l’estimer pour le moment car n’ayant pas encore fini de rassembler tous les éléments.

Du côté des avocats de l’accusé, Tahirou Ouédraogo est une personne avec des défauts et des qualités. Pour eux, au- delà des faits, c’est la carrière du réalisateur qui est enjeu. D’autant plus qu’il a la garde de son garçonnet d’environs 10 ans, les avocats de l’accusé ont ainsi  plaidé pour un allégement de sa peine, tout en  signalant  que l’accusé est   prêt à réparer toutes les préjudices occasionnés par ses actes.

Pour son mot de la fin, le réalisateur    a imploré la clémence du tribunal, « Je m’excuse, je m’excuse sincèrement, je demande pardon », a-t-il déclaré.

Le tribunal de grande instance a requis une peine de 18 mois de prison avec  sursis.

En rappel, les faits se sont déroulés le samedi 30 septembre  2017 à Ouagadougou. En plein tournage de la série « Le Trône », le réalisateur Tahirou Tasséré Ouédraogo et sa deuxième assistante ont eu une altercation qui a tourné au vinaigre.