Jeune et ambitieuse, Flore Natacha Ouédraogo est une entrepreneure passionnée. Directrice générale de « Business Top Team », elle est également propriétaire d’une rôtisserie à Ouagadougou. Rencontre avec une jeune dame déterminée à réussir.

Comme la plupart des jeunes au Faso ; elle s’était faite l’idée de pouvoir trouver un travail à sa convenance après ses études. Son BTS en poche en Finance comptabilité, Flore Natacha Ouédraogo décroche un emploi dans le privé où elle y restera pendant 5ans. Durant ces 5 années en tant qu’employé, elle postule toujours pour de meilleures conditions de travail. Elle sera fortement déçue : « Je ne m’en revenais pas lorsque j’ai vu un rang interminable devant les portes d’une banque de la place pour les dépôts de dossiers lors d’un recrutement », se désole-t-elle. Face à cette situation, la jeune dame, qui venait d’empocher sa licence en 2012 en finance, décide de créer son propre emploi pour arrondir ses fins du mois. Elle commence alors à étudier son environnement et ouvre une rôtisserie à Ouagadougou pour la vente de poulets locaux frais, au four ou flambés. Commence alors son aventure en entreprenariat.
« Il arrive que certains clients s’étonnent de me voir rôtir et vendre le poulet car ils n’ont pas l’habitude de voir des femmes dans un tel domaine », explique-t-elle.


Quelques années plus tard, elle décroche un Master en Finance Comptabilité en terminant Major de sa promotion. S’appuyant sur son expérience professionnelle, elle démissionne et crée son cabinet « Business Top Team » qui, entre autres, offre une assistance aux étudiants pour la rédaction de mémoires, des formations spécifiques en session ou à la demande dans divers domaines et gère les e-réputations des entreprises.

Comme toute entreprise, les difficultés ne manquent pas mais pour l’entrepreneure, on ne peut pas parler de difficulté financière puisqu’il faut « créer son entreprise à partir de rien ».
Aujourd’hui, Flore se dit être une femme épanouie « au-delà de l’argent que l’on se fait, chaque réalisation, chaque étape, est un défi qui nous fait grandir », se réjouit- t-elle.

Débordante d’idées innovantes, Flore compte pour le moment renforcer ses deux structures qu’elle souhaite voir grandir d’ici peu. Son exemple, soutient-elle, n’a rien de sorcier. « Tout d’abord, il s’agit d’avoir confiance en soi. Elle est non négociable lorsqu’on veut atteindre le succès. Ensuite débuter avec ce qu’on a et se faire connaitre par quelle que soit la taille de nos ressources. », explique- t-elle.
A ceux qui hésitent encore à se lancer dans l’entreprenariat, elle dira ceci : « Osez, créez un emploi si vous n’en trouvez pas ; car c’est le seul moyen de faire face au chômage et du même coup, réaliser ses rêves. La peur de l’échec ne doit pas être un frein ».

Lala Kaboré/Dera