Ce jour 11 Octobre 2017, la Communauté Internationale célèbre la 6ème journée internationale de la fille. Cette journée est placée sous le thème : « Autonomisation des filles : avant, pendant et après une crise ».

Célébrée chaque année depuis 2012, la journée internationale de la fille vise à promouvoir l’autonomisation des filles et l’exercice de leurs droits fondamentaux et donne l’occasion de mettre en lumière les besoins des filles et les défis auxquels elles font face.

En effet plus 1,1 milliard de filles dans le monde, plus 200 millions en Afrique et environ 4,5 millions au Burkina Faso, vivent actuellement dans un environnement de violences et d’inégalités d’accès aux opportunités de développement. Ce qui exacerbe leurs conditions de vie et compromet leur avenir.

La journée internationale de la fille est une opportunité pour BØRNEfonden de marquer un arrêt pour réfléchir aux actions les plus pertinentes permettant de répondre au mieux aux défis de l’autonomisation de la fille.

Depuis 1996 au Burkina Faso, dans le cadre de l’accomplissement de son mandat de rendre possible un avenir durable aux enfants, leurs familles et leurs communautés, BØRNEfonden accorde une attention particulière à la fille burkinabè.  L’objectif de notre intervention est d’assurer que les filles soient en bonne santé, jouissent de bonnes conditions de vie avec des habiletés et compétences pratiques qui leur confèrent l’autonomie. Sur ce plan, en 2016, plus de 10 000 filles ont bénéficié d’un accompagnement de BØRNEfonden pour la mise en œuvre de leur projet de vie assurant ainsi leur autonomisation et leur participation au développement de leur société. Nos actions spécifiques en direction des filles se composent entre autres du parrainage, de la promotion de l’éducation, la protection du droit, de la participation citoyenne, de l’accès à la santé, à une bonne alimentation et nutrition, à l’eau, hygiène et assainissement, au développement des compétences de vie, à la formation et insertion professionnelles.  Afin d’assurer une éducation de qualité pour les filles dans un environnement sans violence, et de promouvoir l’exercice de leur droit à la santé sexuelle et reproductive, BØRNEfonden à travers ses différents programmes a sensibilisé plus de 500 000 parents, leaders communautaires, responsables des collectivités locales et autres sur les violences, les trafics et discriminations à l’égard des filles.

Tout en reconnaissant que le Burkina Faso a fait des progrès dans la promotion et la protection des droits de l’enfant en dépit des difficultés économiques, socioculturelles et politiques auxquelles il a été et est encore confronté, des efforts restent à faire notamment dans le passage à l’échelle des réponses performantes face aux besoins spécifiques des filles au niveau familial, communautaire et national.

En cette journée internationale de la fille, BØRNEfonden se joint à la communauté internationale pour attirer l’attention des parents, des leaders communautaires, des collectivités territoriales, des gouvernants à divers niveaux, des organisations de la société civile sur la nécessité d’une réponse adaptée aux défis que rencontrent les filles en matière d’accès à une éducation de qualité, à la santé/nutrition, à la protection et à un emploi décent. Nous lançons un appel à toutes les parties prenantes pour une plus grande mobilisation et un engagement accru en vue de l’autonomisation des filles.

L’autonomisation des filles est essentielle pour la croissance économique et l’éradication de la pauvreté. Autonomiser les filles, c’est prévenir les crises dans le monde, répondre efficacement aux situations d’urgence, renforcer la résilience des populations face aux multiples chocs auxquels le Burkina fait face. Pour y parvenir, il faut investir sur l’éducation des filles et promouvoir leur participation significative dans les décisions qui les concernent.

La nécessité de mettre fin au mariage des enfants et à l’excision est indéniable. Que les filles soient des filles et non des mères ! Que l’intégrité physique et psychique des filles soit préservée à tout prix ! Ensemble, mobilisons-nous pour que la stratégie nationale de prévention et d’élimination du mariage d’enfants (SNPEME) (2016-2025) et le Plan national de promotion de l’élimination des mutilations génitales féminines au Burkina Faso (2016-2020) soient mis en œuvre.

L’accès à l’éducation sexuelle, aux soins appropriés, aux infrastructures adéquates respectant les besoins spécifiques des filles doit rester une priorité nationale afin de donner aux filles la chance d’exprimer leur plein potentiel.

Ensemble, travaillons à la construction d’une nation burkinabè forte au sein de laquelle le pouvoir des filles est indéniable et où elles sont dotées de moyens durables pour leur participation à consolidation de la paix, à la prévention et gestion des risques et catastrophes.

Christophe Zoungrana

Directeur National