La nouvelle ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo a été installé le mardi 19 janvier 2016 à Ouagadougou. Elle sera épaulée dans la gestion de ce département né de la fusion de deux ministères avec la secrétaire d’Etat chargée des affaires sociales, des personnes vivants avec un handicap et de la lutte contre l’exclusion, Yvette Dembélé.

La nouvelle ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la Famille, Laure Zongo a été installé le mardi 19 janvier 2016 à Ouagadougou. Elle sera épaulée dans la gestion de ce département né de la fusion de deux ministères avec la secrétaire d’Etat chargée des affaires sociales, des personnes vivants avec un handicap et de la lutte contre l’exclusion, Yvette Dembélé.

C’est en présence des collaborateurs, personnel, directeurs et chefs de services des ministères de la promotion de la femme et du genre, de l’action sociale etde la solidarité nationale ; de parents et amis que la cérémonie de passation de charges s’est déroulé. Très décontractées, les ministres sortantes, Nicole Angéline Zan et Bibiane Ouédraogo, affichaient une certaine sérénité à cette passation de charge contrairement à la timidité de celles qui les succédaient. L’ouverture de la cérémonie a été marquée par le message du Secrétaire général du Gouvernement et du conseil des Ministres, Alain Thierry Ouattara. Qualifiant la nomination des promues de « très grande confiance » placée en elles, il les a invitées à la compétence et à la responsabilité : « Montrez le bon exemple, managez le département avec probité, courtoisie, respect de l’autre… ». Aux partenaires et collaborateurs, il a appelé au travail et souhaité une bonne suite aux ministres sortantes dans leurs nouvelles occupations. Première à parler, Nicole Angéline Zan pour qui « la transition est loin d’être un fleuve tranquille », a évoqué les difficultés, doutes et incertitudes qui ont jalonné cette période. Mais face à tout cela, elle et ses collaborateurs, a-t-elle soutenu, ont combiné force et engagement pour parvenir à un taux de réussite de plus de 90%. De son côté, Bibiane Ouédraogo, dans les mêmes conditions de travail, a relevé quelques objectifs atteints. Il s’agit de l’opérationnalisation du guichet spécial d’appui à l’ entrepreneuriat féminin qui a permis l’octroi de plus de 4 milliards de F CFA à 690 associations et 478 femmes entrepreneures, la distribution et le suivi de 7500 technologies à 1344 groupements et associations entre autres. C’est donc avec joie et le sentiment du devoir accompli qu’elles passent le témoin à la ministre Laure Zongo, « leur sœur ». « Nous avons d’une part le défi de réussir la fusion de deux grands ministères et d’autre part de consolider les acquis engrangés », a affirmé Mme Zongo qui a aussi remercié ses prédécesseurs. Aux collaborateurs que tous ont invités à la poursuite de la coopération, elle a annoncé l’importance de relever les nouveaux défis qu’impose le projet de société du président du Faso. Mme Zongo pense que la vision sociale du Gouvernement suscite de l’espoir, mais « un espoir fait de vertus du travail, de la bonne gouvernance et d’un dialogue social constant ».

Josué IKA