L’ONU a tenu une réunion extraordinaire sur l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme, en marge du sommet sur le développement durable, le lundi 28 septembre 2015.

L’ONU a tenu une réunion extraordinaire sur l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme, en marge du sommet sur le développement durable, le lundi 28 septembre 2015.

L’égalité du genre est une cause que l’ONU poursuit depuis bien longtemps. Suite à la discrimination, à la violence et à l’injustice dont sont encore victimes les femmes, l’ONU prône l’égalité du genre partout dans le monde. A cet effet, l’organisation a co-organisé avec le gouvernement chinois et l’agence de l’ONU chargée de la promotion des droits de la femme, un conclave sur l’égalité des sexes et l’autonomisation de la femme le lundi 28 septembre 2015, en prélude à la tenue du sommet sur le développement durable. « Nous ne pourrons pas réussir notre programme de développement durable à l’horizon 2030 sans accorder à la moitié de la population du monde des droits égaux et complets, dans la loi et dans la pratique. », a déclaré le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki Moon. Il a, ainsi, invité tous les dirigeants à prendre des engagements concrets pour que l’égalité des sexes soit une réalité partout dans le monde. Ban Ki Moon qualifie cela d’une priorité nationale et préconise la mise en œuvre énergique de politiques cohérentes en faveur de l’égalité des sexes. Pour ce faire, l’Etat doit allouer un « financement adéquat » à la cause et « superviser les programmes, afin que tous les gouvernements se responsabilisent eux-mêmes et mutuellement. », a t-il poursuivi. Cinq mesures fortes à prendre en faveur de la femme ont été préconisées. Il s’agit de combattre l’inégalité en matière de salaire , d’alléger la charge du travail domestique non rémunéré assuré par les femmes, de reconnaître le droit des femmes et des filles à gérer elles-mêmes leur santé sexuelle et reproductive, de mettre fin aux violences à l’encontre des femmes et des filles  et enfin, d’ assurer aux femmes une égalité en termes de participation politique et de représentation dans les efforts humanitaires, la résolution des conflits et la consolidation de la paix.

La réunion a connu la présence de différents chefs d’États et responsables d’institutions que sont entre autres les présidents chinois, Xi Jinping, kenyan, Urhuru Kenyatta, mexicain, Enrique Pena Nioto,la chancelière allemande, Angela Merkel, la Première ministre du Bengladesh Sheikh Hasina et la Directrice exécutive de ONU- Femmes, Phumzile Mlambo-Ngouka.

Bernadette DEMBELE