Arrivée dans la  politique pour faire changer les choses comme elle aime le dire, Rihanatou Ouédraogo/Sawadogo entend diriger la mairie de l’arrondissement 3. Présentée tête de liste au compte de l’Union pour le Progrès et le Changement(UPC) dans le secteur 16, elle ne lésine sur aucun moyen pour atteindre son objectif.

Arrivée dans la  politique pour faire changer les choses comme elle aime le dire, Rihanatou Ouédraogo/Sawadogo entend diriger la mairie de l’arrondissement 3. Présentée tête de liste au compte de l’Union pour le Progrès et le Changement(UPC) dans le secteur 16, elle ne lésine sur aucun moyen pour atteindre son objectif.

Campagne de proximité, meeting, rencontre avec les différentes associations et groupement sont entre autres les actions que mène au quotidien Rihanatou Sawadogo/ Ouédraogo depuis le lancement de la campagne pour les élections municipales du 22 mai prochain.

La question de l’eau, les difficultés sanitaires, l’accès à l’école des enfants, le mauvais état des voies sont autant de problèmes auxquels est confrontée la population de l’arrondissement 3. Pour la candidate de l’UPC, ce sont les motifs qui l’ont poussé à se présenter.

« J’entends donner un souffle nouveau à cet arrondissement qui avance à reculons. Depuis des années aucun changement perceptible n’a été apporté. Avec la confiance des électeurs nous comptons rehausser l’image de cette partie de la capitale et pourquoi pas Ouagadougou tout entier», s’est exprimé la secrétaire générale de l’UPC du secteur 16.

 

Il est grand temps que la gent féminine soit libérée

Un autre souci majeur qui angoisse fortement la jeune candidate, c’est la condition de vie déplorable des femmes des différents secteurs que compte l’arrondissement. Pour elle, il est grand temps que la gent féminine soit libérée. « J’entends mener des actions concrètes pour la libération de la femme. Au niveau de notre formation politique la femme occupe une place importante. Elle est le moteur de l’alternance. Elle caractérise le changement », a souligné la candidate. Avant de poursuivre qu’au sein de son parti politique, le quota genre est fortement respecté. « Nous avons des listes où il y a 6 femmes positionnées sur 12. Je suis un exemple illustratif du respect du quota genre à l’UC», a-t-elle affirmé

                   Valoriser le potentiel féminin

Les femmes sont une source intarissable de connaissances, a avoué Rahinatou Sawadogo. Alors une fois élue, elle entend mener des stratégies pour leur autonomisation. « Avec nous les femmes ne seront plus des chômeurs éternels. Dans un futur proche, nos sœurs et mères ne seront plus un fardeau pour leur homme », a-t-elle rassuré. Madame Ouédraogo a en outre indiqué que des possibilités comme l’accès au crédit bancaire, le renforcement de entrepreneuriat féminin seront établies en leur faveur afin de valoriser leur potentiel.

La question foncière, le nerf de la guerre

La gestion des parcelles qui est devenue un casse-tête chinois pour l’ensemble des maires du Burkina Faso semble ne pas inquiéter la candidate de l’UPC. « Sur cette question, je peux vous dire que nous avons de la chance. La mairie de l’arrondissement 3 n’a plus d’espaces à lotir », s’est-elle réjouie avant de reconnaître que quelques discutions ne manqueront pas en dépit du manque des parcelles à lotir. Pour elle, ces discutions autour de la question des parcelles sera moins criarde à son niveau comme ailleurs. En rappel, Rahinatou Ouédraogo/ Sawadogo a été élue conseillère en 2011 à l’arrondissement 3 sous la bannière de l’UPC.

Issa KARAMBIRI