Socialiste, expérimentée en gestion des finances, l’expert-comptable Françoise TOE, est l’une des deux candidates à aller à la conquête du palais de Kossyam. Candidate du PDP/PS, Françoise Toé a été obligée de se présenter comme candidate indépendante à cause de conflits au sein de son parti. Portrait d’une femme au grand cœur qui entend se battre pour l’idéologie du Pr Joseph KI-ZERBO.

Socialiste, expérimentée en gestion des finances, l’expert-comptable Françoise TOE, est l’une des deux candidates à aller à la conquête du palais de Kossyam. Candidate du PDP/PS, Françoise Toé a été obligée de se présenter comme candidate indépendante à cause de conflits au sein de son parti. Portrait d’une femme au grand cœur qui entend se battre pour l’idéologie du Pr Joseph KI-ZERBO.

Personnalité. Peu connue sur l’arène politique, madame TOE est pourtant une militante rompue de la lutte politique. Militante du mouvement de libération nationale (MLN) depuis ses débuts dans les années 1960, Françoise est pétrie d’expérience qu’elle souhaite mettre au service du pays des Hommes intègres. Secrétaire générale nationale du PDP/PS, cette mère de trois enfants et de plusieurs petits enfants ne supporte pas la position de « demandeur d’assistance » des pays africains. « Je suis convaincu qu’on peut atteindre l’autosuffisance alimentaire au Burkina Faso, pour peu que nous changeons de mentalité et que nous abandonnons nos esprits d’éternels assistés »

Atout. «Notre projet de société est notre atout », a-t-elle dit. Un projet de société qui s’articule autour des valeurs de solidarité, d’intégrité, d’éthique, de démocratie et de coopération internationale à égalité ; en un mot, c’est « le développement endogène » qui est l’épine dorsale du projet de société de Françoise TOE. « Consommons ce que nous produisons et transformons ce que nous produisons pour ajouter de la valeur à nos produits », a-t-elle ajoutée. Contrairement à certains, cette sexagénaire encore très active au plan professionnel a aussi comme atout d’être politiquement vierge parce qu’elle n’a jamais collaboré avec le régime corrompu de Blaise Compaoré. « Je suis propre, je ne traîne pas de casseroles » a-t-elle souligné.

Défis. La question de l’eau potable, de la construction des centres de santé, des écoles sont autant de problèmes qui sont évoqués par la candidate TOE. « L’éducation est l’arme qui peut faire sortir les filles de leur situation », dit-elle. Aussi, elle pointe du doigt les injustices sociales. « La corruption est le fléau qui empêche tout développement  et le manque de justice entraîne le désordre. Tous, nous devons être égaux devant la loi ».Elle ambitionne de créer des lycées agricoles dans toutes les provinces. La question des paysans qui sont expropriés par les agro businessmen et qui n’arrivent plus à vivre décemment constitue une grande préoccupation pour l’héritière de Ki-Zerbo.

Campagnes 2015. A moins de dix jours de l’ouverture des campagnes, la candidate Françoise TOE s’attèle à aller à cœur ouvert, à la rencontre des fils et filles du pays des Hommes intègres pour solliciter leur voix. L’Est est la région qu’elle a choisie pour démarrer sa campagne. La native du Nayala, pays des grands lutteurs n’entend pas faire de la figuration. Bien au contraire, elle est convaincue que le peuple burkinabè est mature et saura faire le bon choix ,c’est-à-dire Françoise Toé.

Waliou A. ADEGUEROU