08 Mars 2020: Et si on célébrait la journée autrement ?

89

Les femmes du comité « célébrons le 08 mars autrement » étaient face à la presse ce vendredi 07 février 2020 à 10 heures dans la salle de conférence de l’Association Burkinabè pour le Management et la Qualité (ABMAQ) à Ouagadougou. Objectif : lancer une collecte de fonds et de dons en nature en faveur des déplacés internes.

Au regard de la situation sécuritaire qui prévaut au Burkina Faso et de l’afflux massif des personnes déplacées internes dans toutes les régions du pays, des femmes ont décidé de célébrer le 08 Mars 2020 autrement. Cette année, pas question pour elles de faire la fête avec des « djanjoba » pendant que des milliers de personnes, en particulier les enfants et les femmes sont dans la détresse et la souffrance.

Alima Déborah Traoré

Les femmes du collectif « célébrons le 08 Mars autrement » optent plutôt pour la sobriété en apportant leur contribution aux déplacés internes. Pour ce faire, le collectif lance une vaste campagne de collecte.  « Nous invitons chaque femme et chaque fille à être dans la retenue, le recueillement, à faire parler son cœur et à apporter des contributions selon ses possibilités », souligne Alima Déborah Traoré, 1ère vice-présidente du comité de pilotage. Elle poursuit son propos en expliquant qu’il y’a plus de 11 millions de femmes sur les 20 millions de burkinabè donc si chacune de ces femmes donnait 100 F CFA, la collecte atteindra 1milliard de F CFA.

Edith Belem

Edith Belem, responsable mobilisation et collecte du comité de pilotage en appelle aux médias. Elle les invite à relayer amplement cette initiative de collecte de dons pour célébrer le 08 Mars en communion avec nos frères et sœurs déplacés internes. « Votre apport sera comptabilisé comme votre contribution à cet effort pour plus de compassion et de solidarité nationale », estime-t-elle.

 

 

Et si on célébrait le 08 Mars autrement ?

Rita Sawadogo

Lancé en 2019 sous le titre « Et si… ? », l’appel citoyen des femmes est né du cri de cœur de Rita Sawadogo, présidente du comité de pilotage. Suite à un voyage à Kaya, elle a vécu la réalité des populations déplacées vivant dans la promiscuité, le dénuement avec des enfants grelottant sous des haillons, à côté de leurs mères tout aussi démunies. « Le cœur triste, j’ai pleuré en pensant au lourd tribut payé par notre peuple, particulièrement en cette année 2019 », avoue-t-elle. Rita Sawadogo s’est alors interrogée sur ce qui pouvait être fait par elle et les autres femmes pour venir en aide aux personnes déplacées internes. « Et si on célébrait le 08 Mars autrement » est donc un appel qui a eu un écho national et international au-delà des attentes de son auteure. Aujourd’hui, elles sont plus d’une centaine de femmes membres de ce collectif qui, jugeant qu’il serait indécent de faire la fête dans ce contexte, se sont mobilisées pour faire rimer le 08 Mars 2020 avec la solidarité envers les déplacés.

Les contributions financières peuvent être envoyées par Orange money et Mobicash aux numéros suivants :

Orange Money : +226 54 25 40 40

Mobicash : + 226 70 31 11 89

 

Faridah DICKO

Publicités

Laissez votre commentaire ici !