Stéphane Tiendrébéogo est devenu plasticien par le fait du hasard. Avec du Sable et des bouteilles de boisson, le jeune artiste crée des œuvres d’art magnifiques.

« J’ai été inspiré par une cousine qui s’adonnait à cœur-joie à la confection des bouteilles. Petit à petit je fréquentais cette dernière pour apprendre le travail », indique Tiendrébéogo.

En allant chez sa cousine, le jeune artiste n’avait jamais songé un seul instant devenir un expert dans la confection des bouteilles de sable. « Il faut dire que je faisais ce travail avec ma cousine dans l’esprit de ne pas être oisif pendant les vacances », confie-t-il.

Constatant son évolution rapide dans le métier, Stéphane commence à y prendre goût. Ainsi, il contacte un autre artiste plasticien spécialisé dans ce domaine afin de se perfectionner.

« Avec lui, j’ai appris à mieux écrire les expressions dans les bouteilles, à traduire les sentiments, les mots, les pensées et les belles idées qui me traversent la tête sur le sable », dit-il.

Les bouteilles de sable sont des bouteilles vides transparentes avec lesquelles le jeune artiste décore en ajoutant du sable coloré de manière minutieuse.

A l’intérieur de la bouteille où est déversé le sable, il écrit des expressions qui traduisent des émotions, des états d’âmes, des sentiments.

Selon Stéphane Tiendrébéogo, sa création est, la plupart du temps sollicitée par une clientèle irrégulière pour l’offrir en retour comme des cadeaux de mariage, d’anniversaire ou d’amitié à des proches.

Les potentiels acheteurs dit-il, sont des personnes en quête perpétuel du beau, c’est-à dire de tout ce qui sort de l’ordinaire.

« Le pire, c’est que le métier ne nourrit pas son homme. En termes de coût, les bouteilles de sable sont accessibles à toutes les couches sociales. Mais la clientèle se fait rare faute de promotion ou de visibilité », regrette-t-il.

Par manque de moyens financier, il confectionne ses œuvres à domicile tout en espérant un jour créer son propre atelier.

« Mon ambition c’est d’ouvrir un grand atelier où je pourrai former des jeunes. J’envisage aussi un jour représenter le Burkina Faso dans des expositions aussi bien au plan national qu’international », rêve Stéphane Tiendrébéogo.

Comme le début de la matérialisation de son rêve, Stéphane a déjà exposé ses œuvres à l’édition du SIAO de l’année 2012. Pour lui, cette exposition lui a permis de s’améliorer davantage, cela en fonction des goûts des clients.

En dehors de l’art plastique, il est un bon musicien qui manie avec une aisance indescriptible la guitare.

Présentement, Stéphane suit des cours en gestion commerciale et marketing dans une université privée de la place, également il est en 2ème de SVT à la faculté des Sciences et Technologie à l’Université Ouaga1 Pr Joseph Ki Zerbo.

                                                                                     Issa KARAMBIRI

                                                                  Kara